mercredi 6 décembre 2017

mardi 5 décembre 2017

La noirceur des couleurs

La noirceur des couleurs 
Martin Blasco
Editions L'école des Loisirs

A la fin du XIXème siècle, à Buenos Aires, 5 bébés sont enlevés par un scientifique, le Dr J.F Andrew. Certainement fou, il compte réaliser sur eux toutes sortes d'expérimentations. Il souhaite ainsi les élever tous les 5 différemment pour déterminer jusqu'où peut aller le cerveau humain. 
Azur, la seule file du groupe est droguée quotidiennement. Elle est enfermée dans une chambre vide et blanche. Elle reçoit un peu d'éducation. 
Noir, peut-être le plus malchanceux, est battu volontairement par un employé afin de faire de lui un être d'une extrême violence. Petit à petit le savant fait rentrer des animaux dans cette chambre noire, les réactions cruelles ne se font pas attendre... L'enfant n'est bien entendu pas éduqué. 
Marron n'a pas grand chose à envier à Noir; lui est élevé au milieu d'une meute de chien en vue de lui faire croire qu'il en est un aussi. Il n'est pas autorisé à utiliser le langage humain ni à parler ni à être habillé ni à se redresser sur ces deux jambes. L'enfant grandit nu et à quatre pattes. 
Le quatrième bambin, Vert, est instruit à façon intense. Il lit tout le temps. Ces lectures sont toutefois sélectionnées afin qu'il ne se doute pas que sa condition de vie (être enfermé, ne jamais sortir et ne voir quasi personne) est anormale. 
Le cinquième est Blanc. Il vit de manière à peu près convenable, il grandit avec une nourrice et avec le savant comme père. Il va à l'école, joue avec des amis. Par contre, il ignore l'existence des 4 autres sujets d'expérience. 
L'histoire se déroule sur le rythme de l'enquête d'un journaliste engagé par le père de la fillette retrouvée 25 ans après l’enlèvement. C'est à travers des séances d'hypnose sur la rescapée que le journaliste arrive peu à peu à remonter l'histoire et la piste du savant fou. Certains passages sont très sombres, nous lisons le journal d'Andrew et toutes les atrocités subies par les enfants dans un chapitre sur deux.
Ce qu'on imagine de cette époque là, et particulièrement ce qui tourne autour de la médecine d'alors et de l'euphorie des grandes découvertes, est très bien retranscrit par l'ambiance particulière du roman. Les séances d'hypnose crée aussi un joli suspense et de la tension. 
Parmi toutes les lectures jeunesses actuelles et la multitude de dystopies que je lis dernièrement, La noirceur des couleurs souffle un vent de fraîcheur, j'ai apprécié l'originalité et le changement apportés par le récit. 
Une histoire très prenante et un coup de coeur ! 

Tritons, tome 3

Tritons, tome 3 : Vaincre ou Mourir 
Doug Tennapel
Editions Rue De Sèvres
Dans cette conclusion épique de la trilogie, le destin de tous les Tritons est en jeu ! Herk, le jumeau longtemps inconnu de Zak, tombe peu à peu sous l'influence maléfique de Blakk Mudd et bascule vers les Lezzarks, abandonnant ses amis. Tandis que Zak et sa soeur Sissi sont également sous le joug des forces du mal, l'armée Lezzark menace Amphibopolis de destruction totale. Qui est le héros qui pourra s'affranchir des forces des Lezzarks et sauver le peuple Triton ? 

L'aventure est finie. On retrouve avec plaisir l'ambiance sombre et les illustrations atypiques de l'auteur. 

Vaincre ou mourir est certainement mon tome préféré. Les fils de l'intrigue sont dénoués, tout s’explique. Mais avant cela les héros vont affronter moult dangers. L'amitié et la lutte contre les ténèbres restent les principaux sujets du roman graphique. 

La fin est particulièrement touchante et même en étant pas forcément sensible aux récits métaphysiques, la poésie de la conclusion ne peut laisser indifférent. 

A découvrir dès 10 ans. 



Tritons, tome 2

Tritons, tome 2 : Zak l'intrépide fugitif
Doug TenNapel 
Editions Rue de Sèvres
A la fin du premier tome, Zak est en sécurité dans la famille adoptive de son frère disparu, Zerk, à Amphibiopolis. Loin de là, sa soeur Sissi est dans les mains du terrible seigneur Sorzzierk. Mais Zak ne va pas savourer longtemps sa nouvelle vie, les Lezzarks attaquent la ville à l'aide d'un monstre géant. Zak devra apprendre à maîtriser ses pouvoirs naissants et chercher de l'aide pour sauver Amphibiopolis et sa famille adoptive. Pendant ce temps, Sissi apprendra la sombre vérité concernant leur frère Zerk.


L'histoire est tout aussi complexe que le premier tome mais l'humour est bien plus présent dans la première partie, c'est la seconde moitié qui se révèle très sombre. Les personnages ont nettement évolués depuis le début de l'aventure et l'auteur réserve de grosses surprises à ses lecteurs. Que ce soit du côté de l'humour et ou du graphisme (en particulier les détails), tout est toujours aussi fantaisiste. C'est décidément une BD un peu OVNI !

20, allée de la Danse

20, allée de la Danse
Elizabeth Barféty
Editions Nathan
Découvrez la vie et les rêves des petits rats de l'École de danse de l'Opéra !

Je n'avais encore fait aucune chronique sur la série et pourtant je l'adore ! En plus, nous avons de la chance, les sorties s'enchaînent rapidement avec déjà 8 tomes parus.
20, allée de la danse met en scène 6 petits rats qui forment une bande soudée dans l'école de danse. 4 filles et 2 garçons qui viennent de métropole, d'Outre-mer et même d'un pays voisin. Ceux qui habitent trop loin sont pensionnaires et sont accueillis dans des familles d’accueil le week-end. Seul Bilal, un des garçons, habite tout près et est externe.
Pour les jeunes lecteurs avant qu'ils ne découvrent les filles aux chocolats et Bienvenue au Cast, c'est juste parfait ! Légère, facile à lire, la collection aborde des sujets plus sensibles mais toujours en restant accessibles aux jeunes lecteurs. Des récits qui donnent de l'énergie ! Les jeunes lecteurs verront les efforts que font les personnages pour évoluer dans le milieu de la danse alors qu'ils ne sont que des enfants. Chaque héros a ses faiblesses et chacun a "son petit caractère".
On admire leur volonté et leur énergie de réussir, que ce soit scolairement, dans leur pratique sportive que pour faire face à leurs soucis personnels.  Ce sont donc des récits très vivants, lumineux et qui font du bien à lire. A découvrir sans hésitation et dès 9 ans.

(8 tomes sont bien parus, il m'en manque juste 1) 

Journal de Mia, tome 11

Journal de Mia, tome 11 : Le mariage d'une princesse
Meg Cabot
Editions Hachette

... Déroutant ! Alors je veux bien que les premières lectrices du Journal de Mia aient grandi mais a-t-on a pensé à la nouvelle génération qui lit ça à 12-13 ans ? Car contrairement aux précédents tomes, Le mariage d'une princesse ne peut pas être lu par les jeunes lecteurs. Mia a... "chaud dans sa culotte" (je cite !), elle invente des jeux sexuels avec Mikaël (qui n'hésite pas à lui demander si elle en porte une de culotte...), en fait toutes les 3 pages il y a une allusion sexuelle.... heu, y'aurait pas comme un problème avec le lectorat visé ??? Nous sommes normalement bien censés être en présence d'une série jeunesse, à découvrir dès 10 ans ???! Ce n'est pas parce que Mia a 26 ans désormais qu'on a envie d'avoir ce genre de détails. Adorant la série - je me suis rachetée la nouvelle édition alors que j'avais déjà une précédente - je me sens "trompée". J'en viens à penser que l'auteure n'avait juste plus rien à dire car en prime le récit est d'un ennui assez profond. Certes, Mia continue de nous parler de ses préoccupations habituelles : son chat, ses chaussures, son journal intime, ses copines. Mais notre princesse est obligée de s'enfermer dans un hôtel et ce huis clos dessert littéralement le récit, les quelques interactions qu'elle a par mail ne suffisent pas à maintenir très éveillé notre intérêt.
Autre point, à force que Mia se mette à parler d'argent (on nous précise combien coûte tel ou tel objet à longueur de page) et de luxe, cela devient lassant. Je n'ai pas apprécié non plus certaines réflexions qui arrivent comme un cheveu sur la soupe, des remarques déplacées sur les roms ou les roux ou encore sur les régimes alimentaires particuliers. (d'ailleurs, apparemment Mia n'est plus végétarienne ??! chouette ça fera un autre sujet de moquerie pour l'auteur pour la suite -_-). On se demande vraiment ce que ça vient faire là.
En résumé après une série formidable, ce dernier volume est une grosse déception. Convenu, pas adapté aux jeunes lecteurs alors qu'il s'agit d'une série jeunesse à la base, et plus exaspérant que drôle. A noter, j'avais lu précédemment Le jour selon Olivia, qui se passe chronologiquement après ce tome-ci, et cette suite est quant à elle dans la droite ligne de la série d'origine. 
(oui, il me manque le tome 3 ^^ vu que j'achète mes livres d'occasion, j'ai souvent des trous dans mes séries ^^) 

SOS Détective : Sauvons Papillon !

SOS Détective : Sauvons Papillon !
Pascale Perrier
Editions Oskar

Collection Premier Polar
Alerte ! Chez les Samazan, depuis 1883, on est détective de père en fils et de mère en fille. Oriane et moi, Simon, on a bien l'intention de rejoindre prochainement l'entreprise familiale. Mais elle est menacée ! Nos parents ont décidé que notre grand-père, surnommé Papillon, devait prendre sa retraite. D'accord, il a quelques petits trous de mémoire et il commence à se faire vieux. Mais quand même ! En plus, ils veulent le remplacer par quelqu'un d'horrible qui ressemble à... un sac-poubelle. Il faut que nous prenions les choses en main. Alors voilà notre plan d'attaque pour sauver Papillon...

Voilà une joyeuse enquête menée sur un rythme endiablée par deux enfants pour prêter main forte (en secret) à leur papi détective un peu débordé. Beaucoup d'humour, comme toujours avec les récits de Pascale Perrier, des petits héros aux répliques truculentes, des bons sentiments et des rebondissements, SOS Détective est un petit polar sympathique à découvrir dès 9 ans.

lundi 13 novembre 2017

Béatrice l'intrépide, tome 2

Béatrice l'intrépide, tome 2 : Béatrice l'intrépide et le délicieux François les Bas Bleus

Perceval Barrier Matthieu Sylvander
Editions L'école de Loisirs

Une héroïne solitaire flanquée de deux casse-pieds, ça donne quoi ? Si Béatrice l'Intrépide a choisi la profession d'Héroïne Solitaire, ce n'est pas pour s’encombrer de deux casse-pieds. Depuis qu'elle a croisé le joueur de fifre François les Bas Bleus et ce diable de Jean-Claude, ces boulets ne la quittent plus d'une semelle. Et sympathiques avec ça, ils ne demandent qu’à lui venir en aide ! Eh bien, soit. Pendant qu'elle ira combattre des hordes de monstres, ils n'auront qu'à s'occuper du ménage et des courses. Et tant pis s'ils font des bêtises dès qu'elle aura le dos tourné...

Vous souhaitez une héroïne forte et ayant du caractère ? 
Demandez Béatrice l'Intrépide ! 
Elle se lance dans les pires aventures (trolls, loups-garous, etc) avec sa puissante monture (une jument d'ailleurs !) sans jamais ressentir la peur ! 
 Irrésistiblement drôle, fantasque, foisonnant d'humour noir, anachronique, ce récit est un joyeux cocktail qui détone ! A proposer aux jeunes lecteurs dès 9 ans. 

Les enquêtes de Sam : Mystère au sous-sol

Les enquêtes de Sam : Mystère au sous-sol
Hervé Mestron
Editions Oskar
Pendant que sa mère roucoule à Venise avec son informaticien, Sam se fait chouchouter par sa grand-mère. Il reçoit en cadeau une superbe batterie, ainsi qu'un local pour ne pas déranger les voisins. Bien qu'il ait une âme de rockeur, Sam a peur des caves. Un jour après sa répétition, il entend des bruits bizarres. Persuadé qu'il se passe des choses étranges dans les couloirs, Sam décide de prendre tous les risques pour découvrir quel secret se cache dans les entrailles sombres et humides de l'immeuble... 
                                            
De l'histoire déjà touchante de ce petit garçon Sam qui a perdu son père et que le nouveau beau-père exaspère au plus haut point, d'autant plus qu'il a l'impression de moins compter aux yeux de sa mère, nous voilà partis vers une aventure contant misère sociale, esclavagisme moderne et des propriétaires filous. Des rebondissements et des personnages sympathiques et attachants font le sel de cette enquête altruiste. A découvrir dès 10 ans.