dimanche 20 mai 2012

Sako

Sako 

Martine Pouchain

oskar éditeur. 




J'ai adoré ! Dévoré très vite, d'une traite ce court roman pour les ado et pré ado. 

Le roman est à 2 voix, celle de Sako, petite fille venue du Mali et celle de Mado, Madeleine, vieille dame française. 

L'auteur a bien su retranscrire les pensées, les émotions des personnages, elle a aussi bien réussi se mettre à la place d'une petite fille qu'à celle d'une femme âgée. 

Les 2 personnages sont seules, elles ont chacune besoin l'une de l'autre, et c'est beau. C'est beau, cette fillette noire qui apprivoise cette femme blanche pleine de préjugés. Mais l'auteur ne s'appesantit pas de trop sur le racisme "commun" de Mado, juste ce qu'il faut. 

Sako, petite fille intelligente et perspicace est un très joli personnage. 

Mado, vieille et solitaire vit dans sa tête et j'ai adoré ces moments là, pleins de philosophie, elle observe et commente le quotidien avec tant de poèsie.

Dès le départ, Mado est intriguée par Sako mais très très vite elle va terriblement s'attacher et grâce à Sako elle va retrouver le goût de vivre. 
Car le roman c'est aussi un renouveau de la vie de Mado, au départ on sent que petit à petit la pendule de l'horloge se balance de plus en plus lentement... Et avec l'arrivée dans sa vie de Sako, Mado revit et retrouve les gestes même simples du quotidien. Et là encore, je me suis attendrie des petites choses qui réjouissent la vieille femme, acheter du pain, faire des crêpes, mettre une belle robe...

L'histoire c'est aussi l'histoire des Sans-Papiers, l'absurdité de l'administration, la brutalité des uns et l'indifférence des autres.  

L'auteur finit le livre de façon ouverte, la vie et la lutte pour la vie continuent pour Mado et Sako...

A lire à partir de 9 ans.
(Pour ma part, j'ai proposé à mon aîné de 8 ans de le lire.) 


C'est drôle pour ce livre, j'avais envie de citer quelques passages, c'est très rare que cela me fasse ça. 

Sako_"Les papiers, admettons que ce sera mieux qand on en aura. Mais il n'y a rien de plus compliqué à obtenir. Il faut avoir des antécédents, un pépé français par exemple. Non, on ne dit pas antécédents je crois, on dit... Zut, je ne me rappelle pas."

Mado_"Tiens, un coquelicot. Je ne comprend pas pourquoi les gens appellent ça une mauvaise herbe. Une mauvaise herbe, c'est juste une herbe qui pousse là où elle ne devrait pas. Moi, ça ne me gêne pas. C'est délicat un coquelicot. [...] Et puis il a fait l'effort de pousser là tout seul, c'est presque comme une visite. Personne d'autre ne viendra me voir de toute façon."

"Je me pavane à côté de cette enfant noire comme si c'était moi qui l'avait faite, comme si sa beauté me rendait moins vieille et moins moche. [...] Je me dis : savoure. Demain, peut être, tout sera fini, mais aujourd'hui, tu es dans l'absolue perfection."

1 commentaire:

  1. Cette relation entre une petite fille et une dame âgée qui vit dans son monde me fait un peu penser à "L'élégance du hérisson" ... En tout cas, ta chronique me donne envie de découvrir ce livre que je connaissais pas. Bonne prochaine lecture ;)

    RépondreSupprimer