vendredi 22 juin 2012

L'invention des parents

 L'invention des parents
 Agnès de Lestrade 
Lucie Albon 
Editions Rouergue
"Qu’est-ce qu’elle cache, Aimée, dans la poche de son pantalon ?
Ses copines croient que c’est un mot de son amoureux. Un mot tout doux et plein de fautes. Mais si c’était un plus grand secret encore ? Un secret très joyeux, mais qu’elle ne veut pas dire…"

Dans ce court roman, l'auteur avec ses si jolis mots arrivent à créer une palette de personnages attachants.

Aimée, la narratrice, a été abandonnée par ses parents et vit dans un foyer depuis ses 2 ans. 

Elle a deux meilleures amies, deux sœurs qu'elle s'est choisie. « Amina  et Shirley se sont mes sœurs. Mes vraies sœurs ! Pas de sang. Mais de choix. »

Le récit nous offre aussi un très joli portrait des éducateurs « quelqu'un qui vous réconforte, qui vous enguirlande, vous écoute et vous donne des ordres . Il paraît que les parents c'est pareil. »

Des jolis mots encore sur les relations entre les filles et les garçons, lorsque ça devient un peu plus compliqué.
« Une fois, on a vu un œil par le trou de la serrure. On a crié « Au secours, Anna ! » et elle est venue les enguirlander. »

A travers la maman de sa copine de l'école, l'envie de se créer une maman naîtra chez Aimée. C'est beau, poétique et émouvant.

Mais l'humour est présent aussi, par exemple la maman en papier a une robe à fleur        « Là, j'avais découpé la couverture de mon cahier de mathématiques. »

L'invention de sa maman fera grandir le personnage d'Aimée. Le premier amour aussi...


L'histoire est sans pathos, le foyer qui accueille les enfants est vu seulement sous ses angles positifs, ce qui rare dans les romans jeunesse et c'est une partie de ce qui en fait qu'il est précieux.

Un très joli et court roman jeunesse qui aborde plusieurs thèmes sensibles tout en pudeur et en finesse. Un récit qui touche au cœur, tout en nous faisant garder le sourire.



Les illustrations de Lucie Albon qui jalonnent le texte sont précieuses, elles collent si bien aux personnages et au ton du roman.


Il ne faut pas passer à côté de ce roman pour soi-même et pour ses enfants.

A lire à partir de 8 ans.  


4 commentaires:

  1. voilà encore un livre que tu me donnes envie de découvrir :) J'aime tes lectures qui sortent de l'ordinaire, cetrte couverture poétique et tes avis qui donnent enviiie !

    RépondreSupprimer