jeudi 19 juillet 2012

La Princesse au bol enchanté

La Princesse au bol enchanté
Samantha Bailly
Ein Lee
Editions Nobi Nobi ! 
"La princesse Haruka grandit dans l'affection de ses parents, jusqu'au jour où la maladie frappe sa mère. Dans son dernier souffle, celle-ci lui pose un bol sur la tête pour la protéger. Mais Haruka ne peut plus ôter cette coiffe de bois qui lui dissimule le visage. Devenue différente aux yeux de tous, elle décide de partir loin et devient simple servante. Son chemin croise alors celui d'un beau prince..."

J'adore les albums de chez Nobi Nobi ! et celui ci ne fait pas exception à la règle. 

L'histoire très poétique a pour thèmes principaux, l'amour et l'apparence, le beau prince tombant amoureux de Haruka alors que le bol cache son visage et qu'elle pourrait être très laide. Mais là n'est pas l'important, la beauté se doit d'être d'abord intérieure et c'est de leur échanges quotidiens qu'est né l'amour entre les deux jeunes gens. L'histoire qui rappelle à bien des égards le conte de Cendrillon, se révèle ici plus dur et plus réaliste car les sujets sensibles de la perte d'un parent et du rejet du père suite à son remariage sont bien montrés.
L'auteur a su écrire un texte très beau, au style fluide, agréable à lire seul ou à haute voix pour les enfants.

Après nous avoir émerveillée dans Princesse Pivoine et dans Le secret de la grue blanche, Ein Lee confirme son talent et nous enchante dans la Princesse au bol enchanté. 
Ses illustrations sont tantôt sombres tantôt claires car elles suivent le ton du récit mais elles sont toujours chatoyantes
A chaque illustration, l'illustratrice crée un jeu de lumière très réussi
Les illustrations mettent particulièrement en valeur toute la richesse culturelle du Japon, nous retrouvons tout le charme nippon à travers les éléments du folklore du pays : l'instrument traditionnel de musique (koto), le pont, les cerisiers en fleurs, les pétales qui s'envolent, le temple, la statue d'une divinité à demi dissimulée... 

  

Les personnages ont des visages très expressifs, tristesse, joie, mépris, tendresse, bonté, l'album est très vivant et capte le lecteur tant par la beauté de l'illustration en elle-même que par les regards des personnages. 

Une double page m'a également fait sourire, celle du concours de beauté. Princesses qui minaudent, courtisans enthousiastes, Ein Lee crée là une illustration pleine d'humour, tout à fait bien venu dans l'histoire.  Cette illustration m'a d'ailleurs fait penser à l'univers de Miyazaki et plus particulièrement au voyage de Chihiro, j'avais l'impression de retrouver les employés des bains. 

Rien n'est laissé au hasard pour ce qui concerne l'édition. Première de couverture sublime, quatrième de couverture soignée, pages de garde élégamment illustrées, papier de belle qualité, haut rendu des couleurs, de bout en bout l'éditeur nous offre un magnifique album. A la toute fin du livre, nous trouvons deux pages doubles de "bonus", à savoir que dans la première double page, nous retrouvons les biographie des auteurs, un " à propos du conte" très enrichissant qui permet d'aller plus loin et d'apprendre les origines du récit et enfin un "en savoir plus" contenant les définitions des termes japonais qui jalonnent le texte. La dernière double page est consacrée aux "coulisses du livre" qui nous permettent de voir les tâtonnements créatifs de l'illustratrice. 

5 commentaires:

  1. Tu m'avais conseillé La princesse pivoine pour l'anniversaire d'une copine de Chloé, la maman et la fillette avait adoré le cadeau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que je les conseille régulièrement et que souvent après on me dit que ça a plu. ;) Ce sont des superbes albums à offrir... et à s'offrir. ^^ Merci de ce retour Marie Ange. :)

      Supprimer
  2. Oh les illustrations sont vraiment magnifiques! J'adorerais découvrir cette histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les albums de Nobi Nobi ! sont toujours de vrais petits bijoux. Je te souhaite de l'avoir entre les mains prochainement, les illustrations sont d'une telle beauté.

      Supprimer
  3. Agr ! Ca y est je regrette de ne pas l'avoir acheté au Salon Du Livre de Paris, mais en même temps je ne pouvais pas tout prendre malheureusement :-/ J'espère pouvoir tout de même le découvrir un jour ! En tout cas, la chronique que tu en fait donne vraiment envie !

    RépondreSupprimer