mardi 31 juillet 2012

Library Wars. Love & War. Tome 8

Library Wars - Love & War, tome 8 

Kiiro Yumi

Editions Glénat

Rappel de la situation : Japon, 2020...
"Au début de l’ère Seika (ère fictive), le gouvernement a voté un texte appelé “Loi d’Amélioration des Médias” et qui vise en réalité à un contrôle renforcé de la culture. L’armée est ainsi mise à profit pour censurer et détruire les ouvrages susceptibles de troubler l’ordre public, ou de porter atteinte aux valeurs de la patrie !
Afin de lutter contre cette répression, les bibliothèques se sont fédérées et mobilisées afin de créer une unité d’élite spécialement entraînée pour protéger les livres et leurs lecteurs. Depuis que, lectrice, elle fut sauvée d’une rafle par un des membres de cette unité d’élite, Iku Kasahara rêve d’en faire partie à son tour. Mais l’entraînement, mené d’une main de fer par son instructeur, s’avère impitoyable !"

Résumé du tome 8 : "Iku qui, accusée de complicité de dissimulation de matériel littéraire, subit au quotidien les auditions de la commission, reçoit un appel du frère aîné de Tezuka, Satoshi, et va le voir ! Alors qu’en apprenant la vérité, elle sent la colère la gagner, Dojo se précipite auprès d’elle !! Mais la lettre de Satoshi qu’elle reçoit quelques jours plus tard contient une dernière révélation choquante…"

Ce manga est l'adaptation très fidèle d’une série de romans écrits par Hiro Arikawa, (et également édité par Glénat, je les ai aussi et si vous êtes plus roman que manga, je vous les conseille (vous pouvez aussi lire les deux comme je le fais ^^) 

Library Wars est une de mes séries en cours préférées. Elle mêle romance, actions, complots politiques et beaucoup d'humour

Dans ce tome, Iku découvre enfin l'identité de son "Prince", l'homme qui l'a aidée contre les forces de la censure dans une libraire, lorsqu'elle était lycéenne et dont elle est fortement amoureuse, malgré le fait qu'elle ne se souvenait pas de son visage. 
La jeune femme sort de cette découverte complètement bouleversée. Les choses n’évolueront que peu entre Dojo et Iku mais tant mieux, l'auteure prend le temps de s'arrêter sur les sentiments de la jeune femme. Kiiro Yumi continue de souffler le chaud et le froid en alternant très bien les moments d'émotion et de légèreté


Malgré le fait que cette découverte soit au centre de la série, c'est Shibasaki et Tezuka qui ressortent le plus dans ce tome. Shibasaki s'ouvre davantage, malgré son extrême force de caractère, sa fragilité transparaît enfin. 

Quant à Tezuka, ce n'est plus sa froideur qui est mise en relief et on le découvre très naïf finalement.
L'auteure qui a un très joli coup de crayon et crée des personnages très expressifs, semble avoir mis un soin particulier dans les dessins de ces deux personnages. 

(J'adore l'ombre du feuillage qui se dessine sur Hikaru.)  

Le côté politique-fiction du manga se situe dans la première partie du manga où le frère d'Hikaru dévoile enfin son jeu. 
Ce qui est en même temps l'occasion pour nous de voir un Dojo furieux et quelques planches marquantes de nos deux amoureux. 

La dernière partie met en scène Marié, la jeune fille sourde, amoureuse du lieutenant Komaki.  Un pervers vient de l'agresser et l'unité de la bibliothèque va se mettre en action pour l'arrêter.  Le tome se finit trop vite et l'on languit de savoir la suite dans le volume 9

L'auteur nous offre plusieurs bonus, une histoire mignonne et drôle, en quelques vignettes, qui est en rapport avec la couverture, ainsi que deux side stories à la fin du tome comprenant tous les personnages principaux mais centrées sur Shibasaki et Tezuka. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire