dimanche 20 janvier 2013

Gamaran, tome 1

Gamaran, tome 1
Yosuke Nakamaru
Editions Kana

"À l'ère Edo, le fief Unabara rassemble les maîtres d'arts martiaux ne vivant que pour le combat. On surnomme cette terre « l'antre des démons ». Gama a seulement 14 ans mais il décide de représenter l'école Ôgame lors du grand Tournoi d'Unabara. Arrivera-t-il à prouver sa valeur dans cette impitoyable compétition ? Que le combat commence !!"

Ma première impression à la lecture des premières pages, c'est que j'avais sous les yeux un mélange de Naruto (avec sa coupe de cheveux et le fait qu'il mange beaucoup),de Dragon Ball (en fait plus un clin d'oeil de l'auteur) et de Bleach (pour le graphisme). 
Dès le début, j'ai été prise dans l'action, le style de Nakamaru étant très prenant
L'auteur intègre des éléments humoristiques à son récit. Gama a un côté très sûre de lui en opposition avec sa stature et son âge, ce qui apporte de l'humour à ce manga plutôt sombre. C'est un héros déroutant, sa façon de voir les choses est si franche et tranchée qu'elle en est drôle. "Un affrontement dont on ne choisit ni le lieu, ni le moment... c'est cool, pas de chichis..." Entre lui et son employeur, un jeune seigneur, va naître une complicité.
Quant aux scènes de violence, elles sont parfois un peu glauques, même si ce n'est pas trop effrayant. Il y a quelques passages plus crûs, notamment un où il est fait mention de viol. Finalement le manga est pour un public plus âgé que je ne le pensais avant de le commencer. 
Gama a parfois des attitudes très stylées alors accompagnées par un dessin plus travaillé. D'ailleurs, les dessins sont assez beaux, fins, vivants. Le pinceau de l'auteur, lors des combats, est très dynamique. Les protagonistes ont des visages expressifs, les hommes cruels font véritablement peur, la couardise des lâches se lit sur leurs visages etc.
Lors du premier affrontement du tournoi, l'intrigue devient haletante. Au final, l'histoire est classique (des tournois entre écoles et un héros qui veut devenir plus fort que son père), basée sur l'action mais très efficace. Le manga finit sur un suspense, le héros est dans une situation difficile et j'ai envie de lire la suite. 

Un livre reçu grâce à l'opération Masse Critique de Babelio, un grand merci aux organisateurs, ainsi qu'aux éditions Kana. 

1 commentaire:

  1. Ça a l'air pas trop mal, je le lirais volontier à l'occasion.

    RépondreSupprimer