vendredi 25 janvier 2013

La fille aux licornes, tome 2

La fille aux licornes, tome 2 : La poursuite
Lenia Major
Editions Talents Hauts 

"Météor, la licorne unie à Ascane, revient chercher son aide. Sa tribu a été enlevée par des ennemis du royaume d'Ampleterre. Les licorniers du roi, emmenés par maître Séber et son mage, partent à leur recherche et vont devoir affronter le peuple de l'Enclave interdite, un briseur d'âmes et vaincre le souverain félon du royaume du Kaltesland."

Formidable ! J'avais déjà beaucoup aimé le premier tome mais là, j'ai carrément adoré ! Tout y est ! 
L'action, l'aventure, l'amitié, la pointe de romance, le suspense, les menaces, tout ! 
Ce roman est un livre de fantasy qui est vraiment destiné à plaire au plus grand monde. Il s'adresse tout autant aux jeunes lecteurs et adolescents mais saura être apprécié par les lecteurs adultes qui aiment les oeuvres jeunesse. 

Le texte est remarquablement bien écrit, j'ai pris un plaisir tout particulier à lire la plume de Lenia Major. 
Le monde qu'elle invente est crédible, tout comme les éléments magiques intégrés dans l'histoire. Grâce à d'assez précises descriptions des lieux et des créatures, on y croit, on visualise très bien les espaces et les êtres vivants. 

Les personnages sont tous très attachants, principalement l'héroïne et sa licorne. Le récit est ponctué par les échanges (par transmission de pensées) entre eux-deux, l'humaine et l'animal, leur relation évolue et se tisse encore plus fort progressivement au fil du récit.  
L'histoire comprend de nouveaux peuples et protagonistes. De manière subtile et fine, l'auteur fait passer des messages sur le sexisme, la violence faite aux femmes et la tolérance. L'héroïne étant une fille, issue d'un pays où le sexe féminin est déconsidéré vis-à-vis des hommes, le sexisme est un thème récurent du roman. 
Absente dans le premier tome, une légère romance apparaît dans celui-ci, mais de façon agréable, bienvenue et drôle aussi. 

L'action est omniprésente pendant tout le récit. La plume de l'auteur est toute aussi prenante qu'elle est fluide. J'ai été captivée par le texte et suspendue aux mots jusqu'à la dernière phrase. 

Je vous conseille fortement cette trilogie, les volumes sont à offrir aux garçons comme aux filles dès 9/10 ans, enfants qui devront être prêts à les prêter à leurs parents ! 

Un dernier mot concernant cette fois l'édition. La couverture du livre est magnifique ! L'illustration d'Elodie Marze de la 1ère de couverture est très belle et le graphisme au dos, réalisé par Laurence Ningre, donne encore plus de style au roman. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire