vendredi 5 avril 2013

Le ravissement de Britney Spears

Le ravissement de Britney Spears
Jean Rolin
Editions Folio
 "Faut-il prendre au sérieux les menaces d’enlèvement qu’un groupuscule islamiste fait peser sur la chanteuse Britney Spears ? Les services français (les meilleurs du monde) pensent que oui. Certes, l’agent qu’ils enverront à Los Angeles pour suivre cette affaire présente quelques handicaps - il ne sait pas conduire, fume dans les lieux publics, ignore presque tout du show-business et manifeste une tendance à la mélancolie -, mais il fera de son mieux pour les surmonter, consultant les sites spécialisés, s’accointant avec des paparazzis, fréquentant les boutiques de Rodeo Drive ou les bars de Sunset Boulevard, jusqu’à devenir un spécialiste incontesté tant de Britney elle-même que des transports en commun de Los Angeles. Il n’en échouera pas moins dans sa mission, et c’est de son exil au Tadjikistan qu’il nous adresse ce récit désabusé et hilarant de ses mésaventures en Californie."

Longtemps que je voulais lire un roman de Jean Rolin. Cet auteur a obtenu de nombreux prix, entre autres celui d'Albert-Londres pour "La Ligne de Front" et le Médicis pour "L'organisation". 
L'occasion de découvrir sa plume m'a été donnée grâce aux partenariat du site Lire ou Mourir et Folio. Merci beaucoup à l'équipe de Lire ou Mourir ainsi qu'à l'éditeur. 

L'histoire est centrée sur l'enquêteur chargé de surveiller la pop-star. Le personnage principal est un anti-héros par excellence, je l'ai trouvé pédant et raseur et ne me suis pas du tout attaché à lui. Il ne suit pas vraiment Britney, il se contente que de ce qu'il sait par les journaux "people" et par les paparazzis avec qui il copine. 

Je m'attendais à ce que le texte soit ironique et sarcastique, le récit n'est que sérieux et ennuyeux
Si encore l'aventure (un grand mot pour autant de vide) avait une bonne dose d'humour. Mais ce n'est même pas drôle

Je n'ai pas aimé le style de l'auteur, de longues phrases alambiquées, avec des parenthèses, des traits d'union et des virgules à n'en plus finir. J'ai trouvé cette lecture carrément indigeste. J'ai dû me forcer pour continuer sinon la première page m'aurait suffit. 

J'avais lu de nombreuses chroniques dans les médias, télérama, l'express, qui encensaient le roman. Depuis que j'ai lu le livre, j'ai cherché des avis de lecteurs lambda et là on tombe sur des critiques négatives voire très négatives. Et je me pose une question. Faut-il être un parisien branchouillé et friqué pour apprécier le texte ? J'en viens à me dire que c'est peut-être bien ça. 

Le roman peut peut-être satisfaire ceux qui aiment être déroutés mais il faut vraiment aimer le style contemplatif. 
Alors l'histoire ne se veut qu'un prétexte pour parler de Los Angeles; mais même ce côté-là du texte, je n'ai pas réussi à m'y intéresser. 
Cela a été une lecture laborieuse du début jusqu'à la fin. Voire même de pire en pire car je trouvais que ça ressemblait de plus en plus aux états d'âmes et aux propos libidineux d'un homme d'âge mûr/avancé qui souhaite mettre dans son lit des jeunes femmes. 

Vous aurez compris, je ne vous conseille pas ce titre (c'est le moins que l'on puisse dire).

2 commentaires:

  1. Whoua j'étais super attirée par le titre et le résumé qui comme tu le dit promettait un bon moment de sarcasme. Mais ce que tu dit sur le texte contemplatif et la tournure des phrases plus que spéciale est dommage parce que le texte aurait pu être un super prétexte à une critique du star-system.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tombée de haut en lisant le livre. :( Mais dès la première page, j'ai eu du mal, les phrases sont interminables, je déteste ça. Je n'ai accroché à aucun élément du texte, j'ai rarement passé un aussi mauvais moment de lecture. Parfois, les romans sont mauvais mais se lisent bien (je pense par exemple à Queen Betsy, un roman de bit-lit, que je n'ai pas aimé), là ça a été difficile de poursuivre et d'arriver à la fin.

      Supprimer