vendredi 17 mai 2013

A copier 1OO fois

A copier 1OO fois 
Antoine Dole
Editions Sarbacane
"«Papa m'a dit 100 fois comment il fallait que je sois.» Et surtout, «pas pédé». La consigne est claire et quand le héros de ce livre, 13 ans, se fait harceler par les gros bras du collège, impossible d'appeler son père à l'aide. Heureusement qu'il y a Sarah, qui n'a pas peur, elle. Mais la question reste : comment se faire aimer d'un père qui vous rejette pour ce que vous êtes ?"

Ce court roman m'a rapidement pris aux tripes. Le récit est douloureux à lire, je ne m'y attendais pas. Certes, j'avais lu le résumé et connaissais le sujet mais avec cette couverture du style écolier, je pensais trouver un texte plus jeunesse. 

Le livre fait d'autant plus mal actuellement lorsque l'on sait les dégâts que les manifestations ont pu faire sur les familles et les jeunes. "Quand ma mère me disait que les monstres n'existent pas, que fallait pas avoir peur, c'était pas vrai Sarah. Ces monstres-là, ils existent, moi j'en ai rencontré."

Combien de filles et de garçons ont déjà subi et risque de subir encore ce qu'endure le jeune narrateur ?! Combien ont été, sont ou seront à la limite du passage à l'acte ?! 
Le récit s'arrête heureusement avant le pire et au final offre une bouffée d'espoir, une passerelle entre un ado en souffrance et son père

Forcément, j'ai pensé au clip d'Indochine, College Boy et je trouve qu'il colle très bien à l'univers de ce roman. Il y a ceux qui ne veulent pas voir, les parents, les profs, les surveillants, les autres élèves, tout ceux qui se détournent, ferment les yeux face à des agressions qui laissent pourtant des traces.  

Notre héros, lui, a Sarah pour lui serrer fort la main et pour le faire sourire. Une belle amitié qui ne suffit à pas éviter le clash ultime, la confrontation face au miroir, à soi, la difficulté de s'accepter et la crainte de se sentir différent
Un narrateur sans prénom qui pourrait être vous, moi, la fille de la voisine ou le type croisé une fois par semaine au conservatoire. parce que l'on ne choisit pas ce que nous sommes et qu'il est intolérable d'accepter le rejet des autres. A découvrir dès 14 ans

5 commentaires:

  1. Très belle chronique, comme d'habitude ! ;)

    Je l'ai commandé pour la bib ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup beaucoup. <3
      Tu as fait un excellent choix, ils ont bien de la chance de t'avoir les utilisateurs de la biblio. :)

      Supprimer
  2. Ta chronique vient de me donner des frissons... Par curiosité, il fait combien de pages ce livre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ! C'est un superbe compliment. <3
      C'est un court roman, il ne fait que 56 pages et en plus c'est écrit gros. Mais alors c'est totalement suffisant, il est d'une grande puissance et il finit juste un bon moment.

      Supprimer