vendredi 24 mai 2013

Kamichama Karin, tome 1

Kamichama Karin, tome 1
Kogé-Donbo
Editions Pika
"Karin, une jolie jeune fille, vient de perdre son petit chat, Shii-chan, et se retrouve seule au monde. Plongée dans une profonde tristesse, elle n’a plus goût à rien. Elle croise alors la route d’un étrange garçon, qui lui apprend que la bague qu’elle a en sa possession n’est pas ordinaire, et lui procure en réalité des pouvoirs divins. Même si Karin ne comprend pas tout, sa vie est bel et bien en train de changer. Bientôt, elle aussi aura des êtres chers à protéger. Bientôt, la solitude ne pèsera plus sur son coeur…"

J'avais lu le preview  sur le site de l'éditeur mais je n'avais pas vraiment compris le sens de l'histoire. En fait, ces quelques pages disponibles à la lecture ne rendent pas justice au manga car elles ne commencent pas exactement au début et rendaient donc la trame brouillonne. 
J'ai donc commencé le volume en étant agréablement surprise de la différence. Le personnage de Karin est surprenant également, le côté girly de la couverture ne laisse pas penser à ce qui nous attend dans les premières pages car si Karin est mignonne et attachante, elle est aussi maladroite et soupe au lait. Le récit est donc souvent drôle. D'ailleurs, les dessins oscillent entre les passages touchants où les traits des personnages sont très soignés et les moments amusants où le graphisme est simplifié
Cet humour apporte la légèreté nécessaire à la base mélancolique du récit. 
Le manga s'adresse à un public de pré-adolescentes et d'adolescentes, les thèmes principaux que l'on retrouve sont l'amitié et le manque de confiance en soi. Ce à quoi s'ajoute un brin de romance. Bref, ce qui est au centre des préoccupations de la plupart des jeunes filles.
 Le récit a sa part de mystère, Karin devra se méfier car des nombreux protagonistes semblent convoiter son pouvoir
Le seul détail qui m'a chagriné, ce sont les multiples références à "Dieu". Certes, l'auteur crée des personnages qui sont eux-même des déesses ou des dieux mais parfois c'est plus dérangeant. 
"Désormais, Shii-chan veille sur moi aux côtés du bon Dieu."

Question édition, on peut apprécier les quatre premières pages en couleur et sur papier glacé
Les illustrations sous la jaquette sont également très chouettes. 
En résumé, c'est un premier tome sympathique, distrayant, avec des personnages attachants. A découvrir à partir de 9/10 ans

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire