mardi 25 juin 2013

La chaise de Peter

La chaise de Peter
Ezra Jack Keats
Editions Didier Jeunesse
Peter joue. Il fait une belle grande tour de jouets que son chien, Willie, s'amuse à écrouler. La maman de Peter lui demande de faire moins de bruit car désormais il y a un nouveau-né dans la famille"Chut ! fait sa mère. Il va falloir que tu joues plus doucement, tu sais. Il y a un bébé dans la maison."
Peter jette un oeil dans la chambre du bébé et que voit-il ?! Son berceau et en prime, repeint en rose ! "Sa maman est perchée au-dessus du berceau. _ Mais... C'est mon berceau, pense Peter. Oh... il est rose !"
La page d'après, le petit garçon découvre que son père est en train de repeindre sa chaise de bébé et en rose, une nouvelle fois ! 
On continue et cette fois, c'est son petit lit qui est peint... encore en rose ! 
Juste à côté du lit de bébé, se trouve la petite chaise de Peter, les parents n'y ont pas encore touché. L'enfant s'en empare donc et s'enfuit avec en courant. Tous ces changements, c'est un peu trop d'un coup pour notre jeune garçon, qui décide purement et simplement de partir de la maison
"Allez, on s'en va ! dit-il à Willie. 
Il prend un grand sac, le remplit de gâteaux et de croquettes pour chien. 
_ On va prendre ma petite chaise, mon crocodile et la photo de moi quand j'était petit.
 Et Willie ? Il a pris son os." 
Que l'on se rassure, il n'ira pas très loin, trouvant le parfait endroit juste devant la maison. C'est alors qu'il décide de se reposer un peu et de s'asseoir sur sa chaise et là surprise ! Il est trop grand pour elle
Cet album est issu d'une très jolie idée de la part de l'éditeur, publier des merveilles de la littérature jeunesse encore méconnues des francophones car une des originalités du livre, c'est qu'il est sorti aux Etats-Unis pour la première fois... en 1967 ! Alors s'il est vrai que les illustrations sont dans un style ancien, cela passe incroyablement bien, par leur côté graphique, les dessins auraient pu être actuels et seulement passer pour joliment rétros. Né en 1916, Ezra Jachk Keats, de son vrai nom Jacob Ezra Katz, soufra de l’antisémitisme. Ce rejet développa chez lui une grande tolérance et sûrement l'envie de lutter contre les discriminations avec ses propres armes, son talent artistique, car il fût le premier américain à offrir dans ses histoires une place centrale aux enfants noirs. Ici, Keats axe son récit sur le bouleversement ressenti par un enfant à l'arrivée d'un petit frère ou d'une petite soeur. Avec humour et tendresse, il plonge dans le quotidien d'un petit garçon puis nous montre comment l'enfant peut se sentir lésé. L'album finit de façon très fine sur Peter qui repeint sa petite chaise en rose, montrant bien qu'il a choisi d'être grand. Un album plein de charme à découvrir à partir de 3 ans

pages de garde
 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire