jeudi 20 juin 2013

Le Petit Guili

Le petit Guili
Mario Ramos
Editions L'école des loisirs
Pastel 
 
Ce n'est pas sans émotion que l'on prend dans ses mains "Le petit Guili" de Mario Ramos lorsqu'on le reçoit. On l'attendait avec impatience ce nouvel album d'un de nos auteurs préférés mais on n'imaginait pas début décembre que ce serait son dernier tout court.

Lorsque Léon le lion devient souverain, sous l'effet du pouvoir il change rapidement"Pour rencontrer "Sa Majesté", il fallait prendre rendez-vous très longtemps à l'avance puis se présenter à genoux en baissant les yeux, et parler tout bas pour ne pas déranger sa sieste." Oubliées les promesses, place à la terreur et aux représailles "Un jour, il inventa une loi qui interdisait aux oiseaux de voler. Les parents étaient obligés de briser eux-mêmes les ailes de leurs petits à la naissance."
Dans le royaume vivait Tiffany, une maman oiseau qui venait d'avoir un petit, Guili. "Elle éduqua son enfant en lui donnant tout l'amour du monde et oublia de lui briser les ailes.
Un jour, le roi vient à passer près de chez Guili. 
"_ Vive le roi !" crièrent les animaux. 
_ Pourquoi ? lança Guili. 
Tous les animaux se tournèrent vers lui. 
_ S'il est méchant, pourquoi est-il roi ? insista Guili. 
_ Parce qu'il a la couronne, répondirent les animaux. 
_ Ridicule ! dit Guili qui s'élança, agita les ailes... et s'envola.
 Les animaux retenaient leur souffle."
Petit Guili s'empare alors de la couronne pour aller la déposer sur la tête du cochon. Mais sitôt fait, ce dernier prend la grosse tête et devient bien bête "Se laver une fois par an est bien suffisant et j'exige qu'aux carnivores, on arrache toutes les dents". Guili recommence la manoeuvre, il reprend la couronne et la pose sur la tête du crocodile. 
Mais le même scénario se répète, le pouvoir lui fait perdre la tête "Les petits cochons bien gras viendront chez moi par groupe de huit à l'heure du repas." Notre petit héros se saisit à nouveau de la couronne et la pose tour à tour sur l'âne, l'éléphant, le chien, le renard, le gorille mais à chaque fois c'est le même constat, le pouvoir pervertit les animaux, les rendant stupides et cruels
Pour finir Guili s'envole à tire d'aile vers la mer et y jette la couronne...
Cette fable nous offre une belle ode à l'énergie, l'action, en un mot à la résistance. L'auteur distille une pépite d'espoir au moment où tout est noir. C'est une histoire riche et intelligente qui n'oublie pas toutefois d'être subtilement drôle. On retrouve bien la patte de l'auteur dans les illustrations d'animaux, des dessins qui sont somme toute d'une grande simplicité mais pas moins marquants. Une lecture pour les enfants à partir de 5 ans.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire