lundi 10 juin 2013

No longer heroine, tome 1

No longer heroine, tome 1
Momoko Kôda
Editions Delcourt
Akata
"Hatori rêve d'être l'héroïne de sa propre histoire d'amour. Le hic, c'est que Rita, son ami d'enfance dont elle est secrètement amoureuse, est un tombeur. Elle se contenterait bien de cette position privilégiée de confidente, persuadée qu'il la choisira un jour. Mais voici que Rita jette son dévolu sur une intello binoclarde... Et si elle était en train de se faire voler la vedette de son propre manga ?!"

Ma première lecture de ce premier tome n'a pas été un succès. L'héroïne m'a fait tellement pitié que j'ai éprouvé du mal à tourner les pages. L'histoire est pourtant sympathique, les personnages marqués et attachants mais on ne peut qu'être accablé par le caractère de l'héroïne qui frise le ridicule à de nombreuses reprises. Un état de fait renforcé par un scénario assez répétitif. 
Le graphisme est classique, on passe de dessins très laids car accentués exagérément pour les rendre amusants (à vous de voir si ça passe ou ça casse) à des dessins mignons. D'ailleurs, dans ces dessins on retrouve l'empreinte de Natsumi Aida, l'auteur de Switch Girl, les deux auteures ont-elles travaillé ensemble ? 
 Autre point noir : les larmoiements ! Hatori pleure,
 pleure encore, 
 et pleure toujours...
Contrairement à ce que semblait annoncer la série, No longer heroine n'a rien d'original, on reste dans le schéma d'un shôjo classique. L'histoire est celle d'un triangle amoureux entre des lycéens. L'accent est mis sur la popularité, la différence et les premiers émois amoureux. L'auteur mise beaucoup sur l'humour mais cela se traduit par des grosses ficelles et de l'humour un peu lourd

 Toutefois, j'ai trouvé la fin excellente ! Les personnages se dévoilant enfin ! Cette conclusion revient sur les motivations de chacun, ce qui nous offre quelques clefs de compréhension
Quant à la chute, elle est toute mignonne et donne le sourire

En bref, voici un tome inégal mais agréable. Une lecture de détente qui trouvera sans doute son public chez les jeunes filles autour de 15 ans. Quant à moi, je me laisserais tenter par la découverte du second volume, en espérant voir évoluer favorablement la série. 
4ème de couv

tranche

2 commentaires:

  1. j'ai été bien plus séduite que toi par ce premier tome somme toute assez original pour moi dans l'intrigue plus que dans le dessin je te l'accorde. il faut encore que je fasse mon article dessus et que j'essaie de comprendre ce qui m'a plu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un mauvais manga mais il est juste moyen, même si la fin heureusement rehausse le tout. J'espère tout de même que le 2 sera bien meilleur et surtout moins répétitif. :)

      Supprimer