mardi 11 juin 2013

Quelle épique époque opaque !

Quelle épique époque opaque !
Anne Pouget
Editions Casterman
"Épique ?
Quand Merlin l'Enchanteur lui-même vous appelle au secours, il y a forcément du mouvement, de l'action, des bagarres... c'est épique quoi !
Époque ?
Le temps jadis, quand de preux chevaliers comme Philibert galopaient dans la campagne pour mener des quêtes exaltantes...
Opaque ?
Absolument ! L'époque était confuse, trouble, obscure... tout comme le cerveau de Cornebulle, l'écuyer de Philibert."


Alors que le chevalier Philippert était en train d'écouter une énième fois les exploits de Tristan lus par son écuyer Cornebulle, un homme missionné par Merlin arrive avec un parchemin réclamant l'aide du chevalier. Philippert et Cornebulle partent donc pour la forêt de Brocéliande et y découvre l'objet de leur quête. 

L'enchanteur leur demande de trouver Titivilus, génie malfaisant qui se perche sur l'épaule d'un copiste pour lui voler toutes les fautes d'orthographe et les mener en enfer. Ce petit démon a volé toutes les fautes commises par Merlin pendant qu'il rédigeait son grand livre des secrets. Déconfit, le magicien ne veut pas laisser le monde entier découvrir qu'il est nul en orthographe. Le chevalier et son écuyer se lancent donc à la recherche de Titivilus.
Philippert est un chevalier qui a été surprotégé par sa mère. heureux de partir et de vivre enfin les aventures plutôt que de les lire. Peu patient, il a souvent fortement envie d’assommer son écuyer. Cornebulle, l'écuyer donc, est le personnage truculent du roman, à la fois bête comme ses pieds et érudit, incorrigible bavard il a l'art de porter sur les nerfs de son maître.  
L'aventure de nos deux héros sera peuplée de dangers et de mauvaises rencontres. Tout au long du récit, ils seront confrontés à une grande présence de créatures fantastiques : sorcières, fantôme, démon, farfadets... de quoi réjouir les jeunes lecteurs

Il est à noter que les situations mises en scène dans le récit correspondent à des croyances et légendes du Moyen Âge (à la fin de l'ouvrage l'auteur revient d'ailleurs sur les légendes de la forêt de Brocéliande). 
Le texte est une succession de jeux de mots et de répliques farfelues entre les protagonistes
"_Tu as raison ! Sautons sur nos montures...
_ Euh, je crois qu'on va surtout sauter dans nos chaussures, sire, car même les chevaux ont disparu ! On peut dire que nous voilà au régime sans selle ! 
_ Très drôle ! Bon à défaut de poulains, poulainons avec nos poulaines, mon brave !"
 Un roman loufoque pour faire découvrir autrement le Moyen Âge aux enfants, à lire à partir de 10 ans.

2 commentaires: