lundi 24 juin 2013

Yakusa Gokudo, tome 1

Yakusa Gokudo, tome 1 : Les otages du dieu-dragon
Michel Honaker
Editions Flammarion
Un jeune yakusa, Saburo, trouve et recueille une jeune femme sortie des eaux. L'inconnue demeure longuement inconsciente puis se terre dans une crise de mutisme. Saburo vit avec sa mère et c'est elle qui progressivement arrive à faire parler la femme. La belle inconnue est une japonaise, nommée Mariko, enlevée, au Japon, lorsqu'elle était enfant par des Nord-coréens. Désormais, elle n'a plus qu'un souhait, retrouver sa famille  mais Saburo va devoir la protéger car les nord-coréens veulent absolument la récupérer.
On découvre à travers ce récit, un fait réel et quasi inconnu du grand public, ainsi les enlèvements de jeunes japonais ne sont pas seulement fictifs mais malheureusement bien réels.
On s’attache facilement à Saburo qui s'est lui-même pris d'affection pour la demoiselle en détresse. Jeune yakusa, ce n'est pourtant pas une personne très violente et il se sent parfois en décalage avec son clan. Il va tout mettre en oeuvre pour sauver Mariko, même au péril de sa propre vie. La mère de Saburo a été mon protagoniste favori tout le long du roman avec ses répliques cinglantes et son caractère bien trempé. A travers elle, l'auteur nous brosse aussi un beau personnage de japonaise marquée par les traditions et le temps passéMariko, quant à elle, reste bien mystérieuse, l'auteur la dévoilant habilement dans des passages où elle se remémore sa petite enfance, son enlèvement et les années qui ont suivies.
 On est plongé au sein du monde brutal des yakusa même si la police est également très présente. Grâce à quelques personnages marquants, on est certes dans le Japon d'aujourd'hui mais également avec les traces de la culture nippone. 
Le rythme du récit est rapide, l'auteur ne s’appesantit pas sur des détails, il s'adresse à un public jeune dans un style dynamique. Le roman est donc centré sur l'action et s’approche du thriller politique. C'est une lecture très agréable marquée par la tension.
L'histoire se termine mais d'autres volumes de cette série sur les yakusa sont déjà prévus.
 A découvrir à partir de 13 ans

3 commentaires:

  1. Ohhh ça peut être sympa, comme lecture ! Je note, je note ! Ce n'est pas trop enfantin quand même mm ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas enfantin (je ne le ferais pas lire à mon 9 ans et demi par exemple) mais ce n'est pas tellement approfondi, cela s'adresse à un public d'adolescents et de jeunes adultes. Pour moi, c'est une belle découverte car alors que j'adore le Japon et la Corée (du Sud par contre), je ne partais pas très enthousiaste (sans savoir pourquoi), peut-être avais-je peur que le livre ne soit qu'une très belle couverture ? Mais franchement, ce n'est pas du tout le cas, c'est un très bon récit, je suis bien contente de m'être laissée tenter.

      Supprimer
  2. Bien surprise et totalement conquise par cette lecture je fus :)

    RépondreSupprimer