vendredi 12 juillet 2013

Le roi Jules et les dragons

Le roi Jules et les dragons
Peter Bently
Helen Oxenbury
Editions L'école des loisirs
Pastel 
Jules, Léo et Gaspard construisent une cabane de bric et de broc...
"Une grande boîte en carton, un grand tissu et quelques bâtons, deux trois sacs en plastiques... et cinq six briques."
... ou plutôt un château ! 
"Un vieil édredon fera pour le roi un trône de choix. Le pont-levis, un drapeau, et le château fort est construit." 
Après une journée entière à combattre les dragons et les monstres, les trois enfants prennent un goûter bien mérité dans leur royaume. 
Ils décidément même de dormir sur place. Mais ce n'est pas forcément l'avis des adultes
"C'est alors qu'un géant arrive pour emmener Léo à la maison". 
Pas de soucis dit le roi Jules, à deux ils peuvent bien combattre les dragons. Mais cette fois, c'est une géante qui vient emmener Gaspard se coucher. Jules décide de rester dans leur château mais la nuit est tombée et de nombreux bruits un peu inquiétants se font entendre. 
"Une souris trottine sur le toit. Scritch scrtich scrtich.
_ C'est rien, dit Jules. Pas de raison de s’inquiéter. 
_ Burp, fait une grenouille.
_ C'est rien ! dit Jules.
 Et il allume sa lampe torche car il fait de plus en plus noir". 
Mais soudain, quelque chose approche ! Un dragon ? ! Rassurez-vous, ce n'est que le papa et la maman du courageux Jules qui viennent pour l'amener se coucher. 
Voilà un très bel album qui fait la part belle à l'imagination chez les tout-petits. Les enfants aimeront  suivre les aventures des petits garçons de l'histoire car Peter Bently parle sur un ton juste de jeux universels durant l'enfance. Quant aux illustrations d'Helen Oxenbury, elles sont si jolies et ont un côté intemporel qui a tant de charme. Deux types de dessins se succèdent, des croquis en noirs et blancs et des illustrations aux couleurs douces. 
A découvrir dès 3 ans

1 commentaire:

  1. les illustrations de Oxenbury me rappellent toujours mon enfance... j'aime beaucoup cet album qui joue sur l'imagination enfantine.

    RépondreSupprimer