lundi 7 octobre 2013

Fille ou garçon ?

Deux albums anti-sexistes pour parler de l'égalité homme-femme, loin des stéréotypes qui ont la vie longue dans notre société.

Les poupées, c'est pour les filles
Ludovic Flamant
Jean-Luc Englebert
Editions L'école des Loisirs
Collection Off - Pastel
 La gentille tatie de la fillette a offert une poupée à son petit frère et comme la grande sœur, notre narratrice, le dit elle-même : le truc bizarre c'est que son frère adore ce cadeau
Le soir même, le petit garçon veut dormir avec sa poupée, le lendemain, il l'habille et partage avec elle son petit déjeuner. Lorsqu'il décide de l'emmener à l'école, les parents déjà dubitatifs, ne sont plus d'accord.
"Mon père a dit : 
_ Là non ! Stop ! Faut pas exagérer !"
Les parents décident alors d'emmener le garçon au magasin, choisir un jouet, mais forcément un "vrai jouet de garçon". 
Dans la boutique, le père se fâche tout rouge lorsque son fils ne veut qu'un chose : une poussette pour la poupée.
"Il a saisi une boîte à outils avec de vrais outils, même pas en plastique. 
Mon frère a pleuré. Très fort. 
Tout le monde nous regardait. 
A la caisse, Maman a dit qu'elle ne voyait pas trop l'intérêt d'offrir un cadeau qui fait pleurer". 
De retour à la maison, le garçon finit par s'intéresser au bricolage mais presque un peu trop car le voilà qui scie les barreaux de la chaise ou tape au marteau sur le tambour. Le père confisque alors la caisse d'outils. Pour finir, ce sera la grande sœur qui va prendre les choses en main...

A l'heure de la parité, du partage des tâches domestiques, il y a clairement encore du progrès à faire sur de nombreux aspects de l'égalité homme-femme. Et cela commence certainement dès le plus jeune âge en respectant les enfants et en n'établissant pas d'emblée des cases séparées nettement entre ce qui convient d'une part aux filles et de l'autre aux garçons. Ici, la mère le dit elle-même au père : "Je ne vois pas pourquoi ton fils ne pourrait pas s'occuper d'un bébé, tu l'as bien fait, toi !".
Comme si laisser un garçonnet jouer avec une poupée remettait en cause la virilité future de leur fils, encore aujourd'hui on constate la réticence des parents concernant ces jouets dits féminins pour des enfants de sexe masculins.
Dans l'album, le père sert le ptit déj (la mère est assise et boit son café), il attache les baskets de son fils (la mère est encore en peignoir), il joue, il fait la vaisselle (c'est même lui qui porte un tablier !!) et il n'accepterait pas que son garçon s'amuse à faire comme lui ? Car en fait, si on regarde bien il ne s'agit que d'un simple jeu d'imitation que ce soit pour un garçon ou pour une fille. Alors à bas les idées pré-conçues, ce petit livre actuel et très joli en prime grâce aux douces illustrations de Jean-Luc Englebert, est à mettre entre toutes les mains.

**************************

Un second album qui est à offrir à tous, aux filles ET aux garçons, c'est Drôle de planète !
Drôle de Planète
Classe de CE1
Gwen Keraval
De la planète Glatifis, des étranges habitants nous observent. A l'école, les élèves glatifusiens étudient l'être humain et la leçon du jour concerne la différence entre les garçons et les filles. S'il est impossible de les distinguer grâce aux vêtements ni aux cheveux longs, ni à ceux qui pleurent, comment reconnaître une fille d'un garçon ?
Un album pour parler de  façon finalement simple de la différence de sexe. Le texte met également en avant ce qui n'est pas typique d'un sexe ou de l'autre et remue les idées préconçues avec humour et légèreté
Parce que différence rime avec richesse, il est bon de lire cette histoire délicieusement décalée. Les illustrations un brin vintage, faites de couleurs ocres, collent à merveille à l'esprit original du récit
Il est à noter que le livre a été écrit par la classe de CE1 qui avait remporté le concours Lire égaux en 2012. A découvrir dès 4/5 ans

2 commentaires:

  1. J'ai le premier mais je ne l'ai pas encore lu, mais j'ai hâte ! J'ai bien envie de découvrir la façon dont est traité le sujet !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Et merci! Voici une critique qui me fait bien plaisir!
    Jean-Luc

    RépondreSupprimer