mardi 12 novembre 2013

La couleur de la peur

La couleur de la peur 
Malorie Blackman
Editions Milan
Collection Macadam
"Qu'est-ce que ça signifiait ? Est-ce que j'étais en enfer ? Peut-être que mon enfer à moi consiste à vivre dans les pires cauchemars de mes amis, à me perdre petit à petit en eux jusqu'à ce que je ne parvienne plus à faire la différence entre eux et moi.Et le pire de tout ? J'avais toujours mon propre cauchemar, le pire de tous parce que complètement réel."
Kyle court et semble tenter d'échapper à quelque chose ou plus simplement à ses pensées. Un peu plus tard dans la journée, alors qu'il est en pleine sortie scolaire avec sa classe, le train qui les transporte, déraille. Kyle se retrouve bientôt la seule personne du wagon consciente, jusqu'à ce qu'il découvre Rachel, une jeune fille qui le met en garde contre "elle". Ensemble, ils vont se réfugier dans la tête d'une des personnes présentes pour lui échapper. Qui en a après Kyle ? Cette projection dans les cauchemars, est-ce la réalité ou son imagination ? Les rêves sont-ils réels ? Mais avant tout, Kyle va t-il sortir vivant de ce voyage ?... 
"Les cauchemars sont parfois des souvenirs refoulés. Certains révèlent le passé, d'autres, le futur. La plupart sont juste des mauvais rêves ou des peurs qui hantent ceux qui les font."
Le narrateur principal, Kyle, entre donc dans la tête de ses amis à tour de rôle et devient eux. Le récit alterne donc les points de vue au fil de l'histoire. 
Les différents rêves prennent des tournures différentes parfois proche de la sciences fiction, quelque fois du thriller et souvent du fantastique
Le roman s'apparente en fait à un recueil de nouvelles, c'est une succession d'histoires sombres
"C'est à ça que ça sert. Tes rêves servent à te révéler qui tu es."
Si le livre se lit facilement et rapidement, l'auteur y aborde, sous couvert de contes pour faire frissonner les lecteurs, de nombreux sujets difficiles. Elle ouvre un large éventail de différents personnages et de leurs histoires dramatiques, et peut ainsi traiter du suicide, du détachement affectif d'une mère, de la violence conjugale, du racisme, du viol, de meurtre, de la guerre... 
"A chaque fois que j'ai pensé qu'une chose monstrueuse ne pouvait se produire dans la réalité, les infos m'ont invariablement prouvé le contraire." 
Les histoires sont dures mais pas véritablement effrayantes et au final malgré les difficultés immenses rencontrées par les protagonistes, j'y ai plus vu une réflexion sur la vie, sur l'envie de vivre et sur les choix que l'on fait
A découvrir à partir de 14 ans

1 commentaire: