mardi 12 novembre 2013

Le cercle des confidentes, tome 1

Le cercle des confidentes, tome 1 : Lady Megan
Jennifer McGowan
Editions Milan
Collection Macadam
L'histoire débute en 1559, en Angleterre, deux mois après le couronnement d'Elisabeth 1re
Meg, notre héroïne et narratrice, fait partie d'une troupe de chapardeurs, mi-voleur, mi-gens du théâtre, la Rose d'Or.  Meg est la petite fille de l'ancien chef de la troupe et semble sensible au charme de son successeur, le jeune James Mc Donald. 
La jeune fille de 17 ans, aime la liberté avant tout
"L'avenir s'annonçait tel que je l'avais espéré et j'étais au faîte de mes capacités : rusée, adroite et -à ma manière -merveilleusement libre."
Malheureusement, en s'en prenant un jour à la bourse de la mauvaise personne, elle se retrouve emprisonnée ou plutôt enrôlée de force car Meg va devoir se mettre au service de la reine et devenir l'une de ses 5 confidentes.
5 femmes qui deviennent les espionnes d'Elisabeth
Elles vont devoir mettre en oeuvre et exercer leurs talents afin de déjouer les complots menaçants la couronne. L'auteur propose une série en 5 tomes, chacun centré sur l'une des confidentes. Ce premier volume se concentre donc sur Meg dont ce sont les talents de comédienne mais surtout de mimétisme (capable de retenir n'importe quelle conversation même dans une langue qui lui ai inconnue) qu'elle va devoir mettre à profit
"Vous êtes à Windsor pour devenir les instruments de la reine. De simples outils dont elle pourra disposer comme elle le désire. Elle peut vous plier à ses volontés, vous modeler à sa guise, ou même se débarrasser de vous sans la moindre hésitation."
Entre mensonges, compliments et trahisons, la mascarade se joue à la cour, au point que les jeunes filles peuvent y perdre qui elles sont vraiment
Au château, des troubles au départ légers (vol, lâché de putois dans les couloirs) s'aggravent et des membres de la cour sont attaqués. 
Même si le lecteur ne peut s'empêcher de frissonner pour la jeune Meg, l'histoire devient vite un régal à lire avec tous ces faux semblants. On peut apprécier que l'auteur maintienne un lien entre le passé et le présent de l'héroïne. Meg observe tout, elle est naturelle, simple, c'est un personnage qu'il est plaisant de suivre et que l'on aime très rapidement. Elle n'oublie pas ses anciens compagnons et le récit en gagne en crédibilité. 
Quant à la romance, si elle est présente, elle reste agréable et non pesante. Les personnages ont suffisamment de force et de réparties pour nous amuser alors même qu'ils essaient de se séduire. Le coeur de Meg balance entre deux hommes, James, l'anglais, chef de la troupe dont elle faisait partie et Rafe, courtisan espagnol. Mais chacun d'eux semble être bien plus que ce qu'il prétend...
"Pourquoi diable sa simple vue suffisait-elle à ce que mon coeur s'emballe ? Et pourquoi m'exaltai-je en le voyant marcher sur moi, tel un vainqueur sur son trophée, en le sentant s'emparer de mon poignet avec cette étrange lueur dans le regard ? 
Parce que j'étais une imbécile. Voilà pourquoi."
La fiction s'appuie sur des bases solides et réelles concernant la cour élisabéthaine et les événements historiques. Le style de l'auteur est d'ailleurs un peu ampoulé, précieux, c'est une écriture qui sied à merveille à l'époque et au lieu
J'ai fini le livre sous le charme et heureuse de ma découverte. J'ai hâte de découvrir les autres tomes, de retrouver les personnages ainsi que les intrigues de la cour.

Lecture en parallèle avec ma complice du blog A l'ombre du Saule. Pour découvrir ce qu'elle a pensé du cercle des confidentes, cliquez ICI

1 commentaire: