lundi 25 novembre 2013

Le chien des Baskerville

Le chien des Baskerville 
Richard Unglik
Editions Casterman
En 1888, à Londres, Sherlock Holmes, détective, reçoit la visite du Docteur Mortimer venant tout droit du Devonshire. Inquiet pour le neveu d'un de ses amis récemment décédé dans d'étranges circonstances, ce médecin demande aide et conseil au célèbre enquêteur. Holmes, intrigué par cette affaire, envoie son ami et collaborateur Docteur Watson se rendre sur les lieux. Sur place, dans la riche demeure des Baskerville, Watson va être le témoin d'inquiétants phénomènes... 
Contrairement à ce qu'on peut croire en découvrant pour la première fois la couverture de cet ouvrage, ce n'est pas un simple produit dérivé, un objet commercial. C'est un album ludique, instructif et tout simplement superbement réalisé. 
Dans la continuité de ses précédents albums, l'auteur nous propose donc un très beau livre mettant en scène les petits personnages héros de l'enfance, les playmobils. Alors que les trois premiers ouvrages étaient tournés vers le documentaire, cette  fois-ci, l'auteur se lance dans la fiction, en reprenant un classique de la littérature anglaise, "Le chien des Baskerville" de Conan Doyle. Le texte prend quelques libertés avec le roman de Donan Coyle mais lui reste fidèle dans les grandes lignes. Le principe du livre est très original, l'histoire s'articule sous la forme de doubles pages mettant en scènes les figurines intégrées dans des décors reconstituant l'univers du récit. 
La grande part de ces tableaux sont constitués par les photos prises par l'artiste. Ensuite, la mise en page est particulièrement réussie avec l'ajout de montages, extraits de journaux, mots calligraphiés à la main, télégrammes etc., riche et vivant le livre est bluffant. Les détails foisonnent, l'album est d'une grande qualité artistique rare et d'une minutie extrême. Certaines doubles-pages s'ouvrent même, nous plongeant un peu plus au coeur de l'histoire. 
Le livre commence par une présentation des personnages à travers un rapport de police. Le monde des playmobils est assez riche pour donner de multiples protagonistes qui semblent marqués par des caractères différents. Les amateurs pourront retrouver, avec plaisir, des figurines connues. Outre les moults détails, le soucis d'exactitude s'inscrit au fil des pages comme par exemple le miroir qui renvoie bien le reflet d'un personnage. 
Fidèle à l'oeuvre, l'auteur offre une première approche ludique de l'oeuvre de Doyle aux jeunes lecteurs. Les scènes et le texte sont intenses, rythmés et retranscrivent à merveille l'époque et le lieux où se déroule le récit,  nous voici en pleine Angleterre victorienne au moment même où Jack l'éventreur sévit à Londres. L'histoire inquiétante qui mélange réalité et mythe, se révèle aussi captivante que l'oeuvre originale. 
Côté édition, le livre aussi est magnifique avec le grand format, la couverture cartonnée et le papier de qualité
Un album qui ravira les enfants dès 9 ans, une histoire à découvrir ou à redécouvrir avec toujours autant de plaisir. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire