mardi 12 novembre 2013

Toutes des princesses

Un chouette roman et un bel album pour partager de beaux moments avec vos princesses... et vos princes !


Princesse Atchoum 
Susie Morgenstern
Philippe Dumas
Editions L'école des Loisirs
Collection Mouche
Philomène a un rhume, un GROS rhume avec les yeux qui coulent, mal à la tête et le nez comme une patate. 
"C'est son corps entier qui lâche. Toute sa personne se liquéfie."
Philomène rêve d'avoir une vraie maman, une qui la réconforterait, prendrait soin d'elle et chasserait ces vilains microbes à coups de câlins, caresses et lait chaud au miel. Mais en guise de maman-câlin, elle a une maman-reine et avec elle, ça ne rigole pas ! 
"_Je suis malade, reine-maman. 
- Malade aujourd'hui ? Pas question ! Tu es princesse, lève-toi immédiatement."
[…]...[…]
_ Une princesse ne connaît ni rougeur ni douleur. Une princesse ne pleurniche pas. Une princesse ne s'écoute pas. Une princesse ne se plaint jamais, et encore moins le jour du bal qui est donné pour ses débuts dans le monde ! Allons, debout !"
Après une nuit de sommeil, le rhume est toujours là et la catastrophe est proche car le soir même, Philomène doit faire ses débuts dans le grand monde et également trouver un mariMais qui voudrait d'une princesse au nez rouge et toute patraque ?! Philomène n'en a cure, elle aimerait juste pouvoir se coucher et se rend au bal à reculons. Finalement, la jeune princesse pourrait bien trouver un prince très charmant au milieu de ses éternuements. Un qui lui ressemble et qui se moque de la morve qui coule et de ses yeux tout rouges, vu qu'il est dans le même état qu'elle, voilà qui arrange les choses... 
"_ Vous me sauvez la vie ! remercie-t-il. Atchoum ! 
_ Comme dit le proverbe, peine partagée est moins lourde à porter. Atchoum ! 
_ Je vous suis infiniment reconnaissant. 
_  Pourquoi être-vous venu, dans votre état ?
_ Mes parents m'ont obligé. Atchoum ! Et vous ?
_ Ce bal se trouve être celui de mes débuts dans le monde. Vous n'êtes pas au courant ?"
La plume toujours aussi réjouissante de Susie Morgenstern fait merveille dans ce petit roman. Parce que l'amour n'est pas toujours là où on l'attend, parce que l'apparence n'est pas ce qui compte, et enfin parce qu'il vaut mieux ne pas être une vraie princesse mais simplement être celle de ses parents, être chérie pour ce que l'on est et recevoir tendresse et affection plutôt que de vivre dans la richesse et le luxe. Un récit qui déménage à découvrir dès 7 ans. Atchoum !

***********************

Comme une princesse
Brigitte Minne 
Merel Eyckerman
Editions Talents Hauts
Quelle petite fille ne s'est pas prise pour une princesse en se regardant dans une glace avec une belle robe... de princesse justement ? ! Toutefois, devant son miroir, Marie dans sa robe qui tourne, ne se sent pas une princesse. Pourtant c'est même le petit nom gentil que lui donne son papa. Mais Marie avec ses lunettes et ses dents en moins, ne se sent pas très bien. 
"_Je ne suis pas une princesse. Les princesses ne portent pas de lunettes, il ne leur manque pas de dents, Papa. Regarde Blanche-Neige et Cendrillon et la belle au bois dormant etc...
La princesse au petit pois reste coincée dans la gorge de Marie."
Cette histoire de princesse a tellement travaillé le papa de Marie, qu'il y a pensé toute la nuit. Le lendemain matin, au lieu d'aller à l'école une surprise attend la fillette. 
"Laisse ton cartable. Aujourd'hui, je t'emmène en ville. 
Marie le regarde, interloquée. Elle n'a jamais manqué l'école."
Et c'est parti pour une journée de découverte de princesse en princesse pourrait-on dire... 
Son papa l’amène d'abord chez la coiffeuse. Celle-ci a une fente labiale qui interpelle l'enfant mais son père lui fait remarquer que la coiffeuse est une princesse aux mains d'or. Et ce n'est pas Marie toute fière de sa nouvelle coiffure qui dirait le contraire. 
Ensuite, ils se retrouvent à manger de délicieux gâteaux et Marie rencontre Michèle, la pâtissière aussi ronde qu'un chou à la crème mais qui en vraie princesse elle-aussi, une princesse du gâteau au chocolat. 
La prochaine rencontre est émouvante, c'est sur un banc d'amoureux qu'ils font la connaissance d'un prince et de sa princesse... depuis 50 ans déjà. 
Enfin, c'est une vieille chienne répondant au nom de Princesse qui va croiser leur route.
En définitif, l'auteur met bien en avant que toutes les filles, de tous les âges, de toutes les origines et de toutes les apparences, sont des princessesLa tolérance et l'amour sont les maîtres mots de ce magnifique album. 
Il est à noter que si des femmes vont croiser la route du père et de sa fille, il n'y a pas de maman dans l'histoire. Père divorcé ou veuf, le lecteur ne sait pas, mais j'ai apprécié que ce soit un homme et ainsi la relation père-fille qui soit mis en avant
D'abord, parce que souvent dans les albums le lecteur peut trouver des mamans seules, sans la présence d'un papa et sans que l'on sache pourquoi et qu'il est rare de trouver un ouvrage mettant en scène le père seul. De plus, ce père qui redonne confiance à sa fille a tout ce qu'il y a de plus touchant, c'est un bel hommage à l'amour paternel. 
Les illustrations tout en rondeurs sont pleines de poésie et de douceur. Elles sont si jolies qu'elles accompagnent à merveille cette histoire. 
Un coup de coeur pour cet album. A découvrir dès 5 ans. 

3 commentaires:

  1. Moi ce que je préfère ce sont les princesse Disney!

    RépondreSupprimer
  2. Histoire digne d'être lu avec ma princesse !! :D
    Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
  3. Je note l'album ! J'adore les illustrations !

    RépondreSupprimer