vendredi 1 novembre 2013

V Virus

V Virus 
Scott Westerfeld
Editions Milan
Collection Macadam
"Avant de rencontrer Morgane, Cal était un étudiant new-yorkais tout à fait ordinaire. Il aimait la fête et les bars, la vie insouciante du campus. Il aura suffi d'une seule nuit d'amour, la première, pour que sa vie bascule. Désormais, Cal est porteur sain d'une étrange maladie. Ceux qui en sont atteints ne supportent plus la lumière du jour, fuient ceux qu'ils ont aimés et ont une fâcheuse tendance à se repaître de sang humain. Des vampires d'un genre nouveau..."

Entrez dans un récit atypique où le vampirisme est traité comme une infection parasitaire. Cal, notre narrateur, a été contaminé lors de son premier rapport sexuel. Fort heureusement pour lui, il n'est que porteur de la maladie et n'en subit pas les pires effets. L'histoire commence alors qu'il recherche son ancienne petite amie à qui il a transmis le parasite avant de savoir qu'il en était infecté. 

"Ok, clarifions deux ou trois trucs au sujet des vampires. 
Tout d'abord, vous ne me verrez pas souvent employer ce mot. Dans la Garde de Nuit, nous préférons le terme de "positifs au parasite" ou peeps en abrégé. 
Ce qu'il faut se rappeler avant tout, c'est qu'il n'y a aucune magie dans l'affaire."

A l'annonce de sa sortie, j'avais été attirée par le résumé mais par la suite j'avais lu quelles critiques, qui mettaient l'accent sur le langage familier, et une citation, qui m'avait refroidie. J'ai donc commencé ma lecture avec précaution, un peu inquiète par ce que j'allais trouver... Au final, je ressors carrément enthousiaste ! J'ai passé un excellent moment, de sorte que même si la fin pêche un peu niveau crédibilité par rapport à tout le reste du bouquin, je le conseille sans hésiter.
Tout d'abord, j'ai aimé que nous soyons en présence d'un personnage principal masculin. Cal est un jeune homme pris dans la tourmente, depuis sa transformation sa vie a été totalement modifiée et il se trouve entraîné par les événements qui le dépassent quelques peu tout en restant pleinement acteur. Cal est éminemment sympathique. Ici, nous n'avons pas un personnage imbu de sa petite personne (pour comparer à certains romans où l’héroïne s'auto-félicite toutes les deux pages d'être belle, d'avoir des grandes jambes etc), en tout et pour tout il doit être fait mention trois fois au cours du récit qu'il est mignon et bien bâti. Passé d'étudiant en biologie à traqueurs de malades aux tendances cannibales, il vit à cent à l'heure. En devenant porteur sain de la maladie, il a vu son métabolisme changer : meilleure ouie, meilleure vue, et puissance physique augmentée (même si ce n'est pas tout à fait ça). Par contre, le parasite souhaitant se multiplier, trouver de nouveaux hôtes, sa maladie a pour malheureux effet une hyper excitation sexuelle. Je dois dire que moi qui n'aime pas vraiment la bit-lit (mise à part les romans de Patricia Briggs) et qui n'aime absolument pas les détails d'ordre sexuel, j'ai été soulagée de constater que l'auteur n'est pas lourd, il n'y a rien de crû dans l'histoire, rien de vulgaire.
D'ailleurs, presque pas de scènes sanglantes non plus ! C'est tout de même un roman sacrément surprenant ! Ce à quoi le lecteur pourrait s'attendre ne se trouve pas forcément au fil des pages. Et personnellement j'aime être surprise !
Je me suis rapidement fait la réflexion que le récit ressemble au style de romans écrits par Bernard Werber. Scott Westerfeld entrecoupe son histoire principale par des pages décrivant des parasites de la vie réelle tels que le toxoplasme, le candiru, les douves, les poux etc... Ces passages tendent à nous démontrer la réalité de l'importance et de l’influence des parasites sur le vivant qui nous entourent et ainsi accentuent le côté très crédible de l'histoire du vampirisme par la cause d'un parasite. Par le ton léger et drôle, l'auteur arrive à nous passionner pour ces organismes quelques peu ragoutants. 
Le récit est un savant mélange de science-fiction, de fantastique et de thriller et se dévore d'une traite. Cal va se retrouver face à des mystères à découvrir et pourrait bien se trouver mêlé à des enjeux encore plus élevés qu'il ne le pensait au départ.
Alors que je suis habituellement friande d'épilogue, là la fin ouverte m'a beaucoup plu. Le livre se clôt sur la vie qui continue même si le monde semble aux portes de l'apocalypse...
En bref, j'ai beaucoup aimé ! C'est un roman au style très actuel, mais pas vulgaire, qui mélange les genres avec aisance et nous entraîne dans une aventure explosive bourrée de surprises, de suspense et d'humour ! A découvrir dès 13/14 ans.

3 commentaires:

  1. Il me fait très envie ce livre!

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu il y a quelques années et j'avais bien aimé aussi !
    Je vois que Macadam l'a réedité, la couverture est plus jolie que celle que j'avais eu entre les mains !

    RépondreSupprimer
  3. Je suis très intriguée par ce roman! Je n'ai lu de cet auteur que Uglies que j'avais bien aimé, du coup je découvrirais bien un autre de ses livres :)

    RépondreSupprimer