samedi 9 novembre 2013

Vive les pestes !


Nathalie : Pas de vacances pour le p'tit frère !
Sergio Salma
Editions L'école des loisirs
Collection Milles bulles
Nathalie est une petite surprenante ou peut-être est-ce sa famille qui l'est. C'est l'oncle de Nathalie qui s'occupe d'elle et son petit frère mais sans faire tellement face à ses responsabilités. Ses parents sont peu présents et lorsqu'ils sont là, ils semblent dépassés par les événements voire à côté de la plaque. Si Nathalie et ses affabulations sur les voyages autour du monde et l'aventure sont amusantes, son côté soeur terrible l'est un peu moins. Pauvre petit frère qui se retrouve balancé dans les airs, écrasé par le poids de sa soeur, barbouillé de cirage et de peinture, bref tout un tas d'expériences diverses et variées sont pratiquées sur lui. Gaffe à la grande soeur ! Elle déménage !
L'éditeur a compilé dans cet ouvrage les planches centrées sur le petit frère de Nathalie, gags précédemment parus dans cinq albums de la série publiée par Casterman
L'album se présente comme une succession de tranches de vie, les gags sont en une planche/une page.
En tant que maman, certains gags m'ont fait froid dans le dos, les amateurs d'humour noir devraient apprécier. Côté jeune lecteur par contre, ils se régalent ! Il semble y avoir un côté jubilatoire à voir cette fillette martyriser son petit frère. 



*******************************

Rosie contre le reste du monde
Romain Gadiou
Sébastien Tiquet
Editions Nathan
Rosie a tout d'une peste. Elle n'en fait qu'à sa tête, elle est impolie, autoritaire voire maltraitante envers les autres. A travers 7 histoires, l'auteur nous propose de la découvrir. La fillette au look quasi gothique, sème la terreur dans son quartier. Elle ne va pas à l'école, elle ne supporte personne ni sa mère plutôt très sympa, ni le petit voisin qui aimerait être son ami, ni l'adorable baby-sitter, ni la chouette maîtresse, personne ! Mais finalement, au fond est-elle si méchante que ça ?
Rosie qui fût tout d'abord un dessin animé (sur Gulli), est ici adapté dans un ouvrage intermédiaire, un ovni qui se situe entre le roman et la BD
Le texte est assez déroutant, une héroïne au caractère affreux qui mène tous ses proches à la baguette, ce n'est pas courant ! Les histoires sont fantaisistes, Rosie va à tour de rôle sauver son mouton imaginaire, son seul ami selon elle, de la disparition, crée un répulsif à voisin qui révèle les véritables pensées des gens, et s'adonne même avec succès au vaudou...
Rosie contre le reste du monde a été publié dans la collection "Première BD" mais attention, ce n'est pas avec cet ouvrage que les plus jeunes peuvent s'initier à la bande dessinée. Le texte et le graphisme sont adaptés aux + de 8 ans. 
Extrait (début du livre) :
"Si vous demandiez à mes voisins de me décrire, ils s'empresseraient de prendre une petite moue attendrie. Celle-là même qui fait plisser le bout du nez et tordre la bouche en cul de poule. Ce sourire niais qu'on affiche devant la bouille gourmande d'un nourrisson, ou quand on regarde des vidéos de chat sur Internet. Puis d'une voix doucereuse ils chanteraient en choeur :
«Rosie ? Quelle adorable jeune fille, aussi ronde que gentille ! Le coeur sur la main. Évidemment, elle a son petit caractère, mais bon... Qui peut prétendre être d'humeur égale, après tout ?»
Bien sûr je ne suis rien de tout ça, mais le jour où mes voisins diront ce qu'ils pensent vraiment, il pleuvra des autruches. La petite fille modèle qui sourit, dit bonjour, tient la porte à la dame et fait la bise au toutou (ou l'inverse), ça n'est pas moi.
Au Pinson Joyeux, tout est lisse, tout est beau, tout va toujours bien, on ne dit surtout pas ce qu'on pense des autres, et tout le monde est gentil-parfait-poli. On organise des concours de tarte aux poires et de tonte de pelouse, on décerne des prix aux plus beaux rebords de fenêtre, tout le monde sourit à tout le monde même si, au fond, personne ne se soucie de personne.
Moi, quand on me parle mal, je mords. Quand on me parle bien, je mords aussi. Ne jamais laisser s'installer la sympathie avec des gens du monde extérieur, c'est ma devise ! Car après ce sont les ennuis qui commencent. Vous dites bonjour à votre voisin une fois par faiblesse, et vous êtes bon pour recommencer chaque jour de votre vie. Le vertige m'étreint, rien que d'y penser.
Je l'avoue, en réalité je ne demande qu'une seule chose, qu'on me fiche la paix !
Et ici, c'est sacrement compliqué d'être tranquille quand on ne souhaite pas se soumettre à la dictature du bonheur. Pas plus tard que l'autre jour, je suis dans mon fauteuil tranquillement en train de faire ma gym avec Blackie, mon ami imaginaire, le seul qui me comprenne vraiment ici..."


1 commentaire: