vendredi 28 février 2014

L'amour au subjonctif

L'amour au subjonctif
Pascal Ruter
Editions Didier Jeunesse 
Roméo aime Juliette depuis la maternelle. Ce voyage en Italie, il le prend un peu comme sa dernière chance puisque l'année prochaine ils iront dans des lycées différents. 
Juliette, elle le trouve bizarre Roméo. Il l'intrigue mais elle a l'impression qu'il ne l'aime pas. Une vieille rancoeur qu'il semble traîner depuis la maternelle. 
Il y a les autres 3ème dans ce car qui mène cette classe de latin jusqu'à Naples. Anna et Zoé, les deux amies de Juliette, la première est en quête de ses origines et surtout d'elle-même et Zoé, fantasque, se voit déjà en haut de l'affiche. Merlin profite des excursions pour jouer les pickpockets. Les professeurs ne sont pas en reste, ce sont deux psychorigides et un homme malheureux et paumé qui accompagnent les grands enfants. Pour finir le tableau, on a Tarzan, le conducteur de car, rouleur de mécanique, charmeur et amateur de séries télé romantiques. Sans oublier le chat "Tête de con" dont je me suis demandée où il faisait ses besoins pendant tout le séjour (énigme non résolue à la fin).  De Paris à Rome puis à Pompéi, ce voyage va être riche en émotions et découvertes pour chacun des participants. 

Les situations sont fantasques, les dialogues et les personnages parfois impossibles,  mais justement c'est ce qui fait le sel du récit, ce qui donne cet élan au roman et nous emporte dans le tourbillon de la vie de ces ados et de leurs profs (sans oublier le conducteur de bus) un peu déjantés. 
On rit, on s'émeut de leurs ressentis et petit à petit on s'attache à tout ce joyeux petit monde. 
Roméo, Juliette, Anna, Zoé, Merlin, à travers leurs points de vue, on suit les péripéties de ces 4 jours d'excursions, et on touche du doigt 5 sensibilités, 5 histoires avec ses côtés lumineux comme ses faces sombres. Un roman qui devient ainsi de plus en plus touchant et que l'on referme le sourire aux lèvres. Une belle ode au carpe diem.  

"En voyage, on déraille tous un peu. Personne n'est vraiment dans son assiette. On a les sentiments comme dans une centrifugeuse !" 

Vous pouvez lire les premières pages du roman, ICI. 

Les très chouettes illustrations (couverture et rabats) sont de Margaux Motin. En achetant votre livre en librairie vous pourrez avoir de belles cartes illustrées par l'artiste ! Sur le blog de l'éditeur, vous pouvez voir une photo des cartes, ICI. 

2 commentaires:

  1. Ce livre a l'air vraiment pas mal du tout =)
    Et j'ai tout de suite reconnu la "patte" de Margaux Motin, j'adore !

    RépondreSupprimer
  2. il à l'air très sympa merci de la découverte ^^ bon week end

    RépondreSupprimer