jeudi 27 février 2014

M comme...

M comme...
Yaël Hassan
Editions Casterman
"M comme Mylène, l’héroïne de cette histoire, comme Mamadou, son ami irremplaçable et comme Mathieu, son amoureux.
M comme Mona, une véritable peste !
M comme Méchanceté, Moqueries et Médisance, trois vilains mots qui rendent la vie au collège difficile pour beaucoup d’élèves.
M comme Médiation, l’idée géniale qu’a eue Mylène pour essayer d’arranger les choses..."

Ce livre a tapé juste. Choisi seulement sur le nom de l'auteure dont j'adore les romans, j'ai découvert en le lisant que "M comme..." me renvoyait à mon histoire personnelle. Comme Mylène, mon fils est roux. Comme elle, il a été victime de harcèlement. 
Mon grand va rentrer au collège en septembre prochain et forcément nos craintes sont présentes, il est difficile de ne pas être inquiets, un grand établissement, plus d'élèves, plus de risque... 
Pour l'anecdote, rajoutons que le collège où va aller mon fils porte le même nom que celui de l'héroïne ! 
Le livre correspond a ce que j'aurais pu rêver de lire sur le sujet pour cette tranche d'âge. Yaël Hassan utilise des mots simples, elle sait se glisser dans la peau d'une fillette de 12 ans, ce qui lui permet de parler "vrai" et de se mettre à la portée des adolescents et pré-adolescents. Ceux qui ne se sentent pas très confiants, qui se sentent un peu en retrait par rapport à leurs camarades et subissent parfois de lourdes moqueries, arriveront à se sentir concernés car l'auteur décrit le processus du harcèlement. L'enfant, souvent, ne comprend pas ce qui arrive et n'en parle même pas à ses parents, pris dans l'engrenage infernal, la tête dans l'eau et puis il y a la peur de subir des représailles...
Mais l'histoire de "M comme...", n'est pas seulement axée sur la violence en milieu scolaire. Non, c'est aussi la vision dans son ensemble de la vie quotidienne d'une jeune fille d'aujourd'hui. L'auteure nous offre de très beaux personnages décrits avec beaucoup de réalisme. Le récit est tourné vers Mylène qui grandit, mûrit, et sort finalement petit à petit de l'enfance. Mylène qui voit son corps changer et qui a le coeur également chamboulé. Les préoccupations actuelles telles que le divorce, et le remariage des parents, sont évoquées avec délicatesse mais en mettant des mots sur la douleur de chacun. Avec son affection pour ses parents, ses grands-parents et sa belle-mère, son premier amour pour Mathieu, son amitié tumultueuse avec ses amies  d'enfance, son profond lien avec le solide Mamadou, sa vie à la ville et ses vacances à la campagne, Mylène est un personnage profond et le récit est d'une grande richesse.
Joli +, le roman s'organise autour de chapitres qui commencent toujours par la même ritournelle "M comme..." suivi d'un mot commençant par la lettre "M" : "M comme... Martine", "M comme... mesquin", "M comme... mails..." etc. Des passages de journal intime et des échanges de mails, rajoutent une dimension ludique et vivante à ce roman déjà formidable.
 Des illustrations en noir et blanc, signée Julien Castanié, ponctuent agréablement les pages. 

Alors Yaël Hassan, je vous remercie pour ce roman. Il est tellement juste ! Merci pour moi, pour la maman que je suis. Merci pour mon fils. Merci pour tous les collégiens qui vous liront, qui pourront tirer un précieux enseignement à travers les lignes de "M comme..", et puis bien entendu, simplement passer un excellent moment de lecture...  

Vous l'aurez compris, ce roman est un gros coup de coeur
 A découvrir dès 10 ans

3 commentaires:

  1. MERCI !
    Je suis très touchée. Vous êtes la première à en parler... et si bien !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai adoré! M comme... Mince, c'est déjà fini !!!!

    RépondreSupprimer
  3. Cette lecture a dû être forte en émotions pour toi...
    J'ai beaucoup aimé également ! Je trouve que tout y est (aussi bien sur le harcèlement que sur l'adolescence comme tu le dis) en très peu de pages, ce qui est mieux pour des jeunes lecteurs. On entre dans le vif sans qu'il y en ait trop et tout est dit... Un très bon livre

    RépondreSupprimer