mercredi 19 mars 2014

C'est pas grave

C'est pas grave
Jo Hoestlandt 
Editions Milan 
Collection Macadam
 
Chloé a passé une très mauvaise journée, sa mère l'a traitée de "petite pute", son petit copain la plaque au beau milieu de la supérette du coin, et cerise sur le gâteau il l'a trompée avec sa meilleure amie. Mais c'est pas grave, Chloé est une winneuse, une revival, elle va rebondir et même si ça fait mal, c'est pas grave, non vraiment c'est pas grave... 

"Ça va !", même quand ça ne va pas, parce que ça va plus vite comme ça ! Et "pas grave !" même quand ça la tue, parce ça lui ferait mal de ployer, de céder, que les autres la voient trembler..."

"Parce que moi, quand je touche le fond, c'est bon ! Ça me donne un appui pour remonter ! Comme à la piscine ! Un coup de talon et zou, je refais surface et coucou, me revoilà !
Une revival ! Voilà ce que je suis !" 

La construction du récit est très originale. Chaque chapitre se construit sur un duo, "Je", "tu", "elle", "on", "nous", "vous", "ils", "elles", neuf parties où Chloé affronte sa mère, son père, son amoureux, sa copine, et même elle-même. Cette dernière dualité est marquée par le désir d'être une autre, sentiment d'autant plus fort que la jeune fille est à la charnière de l'adolescence et de l'âge adulte. Elle se rêve plus belle, plus riche, et surtout plus libre, icône inaccessible finalement, mais c'est surtout trop tôt... Petit à petit, quelques personnages s'orientent vers la compréhension et le renouveau, écoutée par grands-mère, enrichie par son prof, Chloé semble mûrir au fil des pages. De nombreux thèmes sensibles sont abordés, divorce, relation parents-enfants, premier amour, complicité avec les grands-parents, amitié, mais finalement l'auteure dépasse ces problématiques pour amener le lecteur plus loin. Le récit part sur un terrain que je n'avais pas du tout perçu au début et l'importance du milieu social où vit notre héroïne prend de plus en plus d'importance. A la fin du roman, Chloé va faire connaissance avec une jeune fille, une rencontre qui annonce un changement et aussi le retour à deux, et non plus toute seule face aux autres mais cette fois dans le positif, tout en restant elle-même, une adolescente à qui il reste encore beaucoup de chemin à faire. La boucle est bouclée, la vie continue... Un portrait sensible à découvrir dès 13 ans. 

D'autres chroniques chez MoodyMuti et ses livresSaefielCélineLOraah Books, Megworl

"Mais oui, je blague, un peu. Parce que je suis vieille, mon ange, alors les histoires d'amour me font toutes un peu rire, à mon âge. Mais je ne ris pas pour me moquer, oh non, au contraire ! Je ris parce que je suis heureuse qu'il y ait encore des histoires d'amour sur cette malheureuse Terre couturée de partout, où l'on s'entretue plus souvent qu'on ne s'embrasse. Comme tu as de la chance, ma puce..."

Actuellement, un concours sur le blog pour gagner 3 exemplaires de "C'est pas grave", ICI

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire