mardi 25 mars 2014

Ogres et Ogresses

Ogres et Ogresses
Praline Gay-Para
Martine Bourre
Rémi Saillard
Vanessa Hié
Editions Didier Jeunesse
 7 chevreaux, un garçon et une petite fille vont avoir fort à faire pour échapper à de terribles ogres. 
Si je connaissais le conte des sept chevreaux, je n'avais jamais lu que la version avec un loup. Ici, l'histoire est basée sur la tradition orale libanaise et c'est une ogresse qui cherche à dévorer les jeunes animaux. En l'absence de leur mère, les chevreaux ont interdiction d'ouvrir la porte. 
"Avant de partir, la chèvre disait toujours à ses petits :
_ Si on frappe à la porte, n'ouvrez pas. 
C'est peut-être l'Ogresse qui vient vous manger. 
Demandez-lui de passer la queue par la chatière. 
Moi, ma queue est lisse, douce, toute lisse, 
celle de l'Ogresse est rêche et sèche." 
Mais la faim de l'Ogresse la rend terriblement maligne et elle trouve un subterfuge pour se faire passer pour la maman. Les petits lui ouvrent donc et se font dévorer ! La chèvre à son retour ne retrouvera qu'un petit rescapé, et dans une folie furieuse part affronter le monstre ! Gare à une mère en colère, il y a fort à parier que l'Ogresse va s'en repentir ! 
C'est Martine Bourre qui donne des couleurs chatoyantes, marquées par l'ocre et le bleu, et des dessins très graphiques, à cette histoire.
Dans le second conte un père et sa fille, Lili, recueille un bébé, nu, sur les branches d'un arbre. Lili va le nommer "Trouvé-dans-un-nid". Les deux enfants grandissent et deviennent inséparables. Un jour, la fillette découvre que la "grosse Suson" a décidé de dévorer Trouvé-dans-un-nid pour son souper. Lili attrape alors la main de son ami et ensemble les enfants partent à travers la forêt pour échapper à la terrible Ogresse. Ils vont devoir se transformer en rosier et en rose, en maison et en pomme, et enfin en étang et en cane pour échapper à un cruel destin, celui de finir en repas. 
 
"_ Je vous ai reconnus ! Trouvé-dans-un-nid, tu es l'étang et toi Lili, tu es la cane. Je vais te boire en entier petit garnement."
Heureusement, Lili va se révéler plus forte que l'Ogresse...
Les dessins stylisés et aux traits vifs de Rémi Saillard illustre cette histoire qui est une adaptation de Fundevogel, un conte des frères Grimm assez peu connu en France mais populaire en Allemagne. 
Dans le troisième et dernier conte, un père, qui vit seul avec sa fille, doit partir pendant quarante jours, ne voulant pas qu'un malheur arrive à son enfant pendant son absence, construit une muraille, un portail qu'il ferme à clef, et achète tout ce dont elle a besoin lorsqu'il ne sera plus là. Elle ne craindra rien pense t-il car elle ne pourra pas sortir et personne ne pourra entrer. Mais suite à une bêtise du chat, la fillette va se retrouver sans allumette, elle creuse donc une petit passage dans la muraille pour aller demander du feu à son voisin. Malheur ! Celui-ci est un horrible ogre ! 
"L'Ogre en personne surgit devant Aïcha. 
Il vient d'égorger un troupeau de brebis et de béliers. Le sol de sa maison est jonché de peaux sanguinolentes. Sur sa tête, il a enroulé des tripes de bélier bien pleines, sauf votre respect, et sa maison sent vraiment très très mauvais." 
L'Ogre accepte de lui donner des allumettes mais à la condition que le lendemain, il puisse venir devant chez elle et qu'elle lui donne son doigt à sucer. Le lendemain matin, l'Ogre n'a pas oublié la promesse de la petite fille et se rend devant chez elle ou il réclame de sucer son doigt. 
"Aïcha se dirige vers le petit trou de la muraille et y glisse le doigt. 
Pendant que l'Ogre suce goulûment le doigt de la petite fille, elle lui dit de sa voix la plus douce : 
Tu es un ogre beau comme une gazelle 
Tes yeux sont doux comme des yeux de gazelle
Et tes dents sont belles comme des dents de gazelle."
Grâce à ces flatteries, l'Ogre va garder la fillette en vie mais chaque jour, il revient sucer son doigt, et pendant ce temps elle lui débite des mensonges afin de ne pas être faire mangée. Mais petit à petit, l'enfant dépérit. Lorsque son père rentre de son voyage, c'est une petite fille maigre et affaiblie qu'il découvre couchée devant la muraille. Il va devoir lutter contre l'Ogre afin de la sauver...
Ce conte illustré par Vanessa Hié est issu de la tradition tunisienne. 
Les trois contes ont été publiés à l'origine dans la collection "A petits Petons" (L'Ogresse et les sept chevreaux) et "Escampette 'Trouvé-dans-un-nid et Aïcha et l'ogre). Ils sont donc réunis dans cet album et accompagnés par un CD où Praline Gay-Para (lire aussi Petit beignet rond et doré) d'une voix chaude et chantante plonge le lecteur dans ces histoires qui feront frissonner de peur les enfants. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire