mercredi 22 octobre 2014

Mon coeur ravi

Mon coeur ravi
Rose Lagercrantz 
Eva Eriksson
Editions L'école des Loisirs 
Collection Mouche
Dunne connaît beaucoup d’enfants de sa classe.
Il y a Kudden, qui joue toujours au football. Il y a Jonatan, qui a cent quarante-six animaux chez lui.
Et il y a Vickan et Mickan, qui ont été amoureuses de presque tous les garçons.
Mais il n’y a plus Ella Frida, parce qu’elle a déménagé.
Dunne pense souvent à Ella Frida. Elle pense si souvent à elle qu’elle est un peu à l’écart des autres enfants. C’est un peu comme si elle avait déménagé elle aussi, dans ses pensées.
Et les autres enfants en profitent pour lui faire des misères. 
Quand Vickan et Mickan commencent à embêter Dunne au réfectoire, elle ne sait plus trop
comment réagir. Et elle fait quelque chose qu’elle n’aurait pas voulu faire.
Oh ! Si seulement son amie Ella Frida était là…
Ma vie heureuse m'avait fait terriblement envie à sa sortie mais finalement je ne l'avais pas découvert; avec Mon coeur ravi, enfin, je découvre ces deux petits personnages, deux petites filles qui me semblaient si espiègles et tellement joyeuses. Dunne est une héroïne, lunaire et bienveillante, qui cherche à être heureuse envers et contre tout. 
"Je suis toujours heureuse, explique Dunne.
 Et c'est vrai. Car les moments malheureux ne comptent pas pour elle."
Mais petit à petit, l'auteure met en relief la mise en place du harcèlement scolaire chez les plus jeunes. 
"Dunne essaie de faire comme si de rien n'était. Le papa de Dunne a l'habitude de dire que c'est ce qu'il faut faire quand quelqu'un est trop bête."
Toutefois, l'histoire se concentre surtout sur l'amitié très vive des deux fillettes. Une complicité, à toute épreuve, faite de beaucoup de rire.

 Le roman slalome donc entre moments drôles et instants graves, dans un style narratif assez déroutant où les souvenirs des moments partagés par les filles s'entremêlent au présent sans transition. Un roman pour les enfants qui lisent déjà tout seuls, particulièrement pour les 7 à 10 ans. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire