mercredi 27 mai 2015

Sawako, tome 17

Sawako, tome 17
Karuho Shiina
Editions Kana 
 Au moment de l'échange des cadeaux, Chizu sort précipitamment de la salle, suivie par Ryû. De son côté, Kento tombe sur Mogi et l'interroge au sujet d'Ayane. Sawako et Kazehaya, qui ont passé la soirée à se croiser, rentrent ensemble dans leurs foyers respectifs... Durant cette fête de Noël, les sentiments des six jeunes gens sont fortement ébranlés...

Près d'un an et demi que ce tome est sorti mais me voilà relancée dans cette série que j'affectionne toujours autant. Comme dans les volumes précédents, l'auteur prend désormais autant soin des relations des amis de Sawako que de l'héroïne elle-même. Au début de ce 17ème volume, on sent que Sawako est dans un état incertain, toujours aussi rêveuse et en décalage avec le présent et les autres. Cela se voit particulièrement sur les planches et cela se traduit par un flou qui entoure Sawako et son regard un peu vide. 
Malgré son évolution, la jeune fille a encore du mal à extérioriser et à communiquer. Elle se fait à nouveau des idées négatives sur sa relation avec Kazehaya et en souffre clairement. 
Malgré leur envie de rapprochement, de se toucher, les deux personnages semblent stagner dans leur relation... jusqu'à la fin du volume qui marque enfin une belle étape de franchie (et une Sawako qui s'exprime !)
Mes deux chouchous Chizu et Ryû sont quand à eux dans une relation d'entre deux, Chizu balance encore entre amitié et amour pour son meilleur ami, alors que Ryû est sûr de lui et prend les choses en main comme depuis quelques tomes. Ce duo fonctionne à merveille et prête forcément à rire mais aussi à sourire et à s'émouvoir. 
Enfin, Ayane est de plus en plus troublée par la gentillesse de Kento. Ce joli personnage de jeune fille qui paraît forte mais qui se révèle fragile continue de nous montrer des facettes de sa personnalité et de s'ouvrir aux autres. 
 Il est adorable de voir tous ces personnages grandir et évoluer, de sentir leurs désirs s'amplifier. Le manga prend une tournure plus mature, plus subtile. La fin se termine sur une apothéose de guimauve délicieuse à souhait ! Les fans de Sawako ne peuvent qu'être comblés par ce tome qui fait avancer nos héros vers plus de sérénité. 

2 commentaires:

  1. Les couvertures de Sawako sont toujours aussi belles ! Je n'ai pas lu les tomes mais j'ai regardé l'anime et il faut vraiment que je me procure touuuus les tomes :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celle-là m'avait fait triper à la fin 2013 lorsqu'elle était apparue sur les sites de librairies en ligne ! ^^ Trop chou !
      Celle du dernier tome (le 21) aussi est à tomber !! C'est tellement tout mignon comme série que c'est forcément indispensable. :D
      J'ai aussi regardé les deux saisons de l'anime (vivement la troisième !), tu peux aussi regarder le film qui est plaisant. (et puis, j'adore Miura de toutes façons. ^^)

      Supprimer