vendredi 6 novembre 2015

Arena 13, tome 1

Arena 13, tome 1 
Joseph Delaney
Editions Bayard
Les temps sont funestes pour l’humanité qui a presque disparu de la Terre, vaincue par des machines douées de conscience. Les derniers humains vivent confinés dans le pays de Midgard, entourés par une infranchissable barrière de brouillard. Dans une citadelle vit une sinistre créature, Hob, qui exerce une tyrannie sanglante sur la population. Des arènes de combat ont été ouvertes… La plus populaire et terrifiante est l’Arena 13 : c’est là où combat Hob. Un jeune garçon de 16 ans, Leif, décide alors de l’affronter. Pour cela, il va alors convaincre le meilleur des entraîneurs, Tyron, de le former au combat…

Après avoir découvert les règles des combats, assisté à l'assassinat d'une femme, le lecteur suit un jeune garçon désireux de faire ses preuves et d'intégrer le groupe de combattants de l'arène 13. Leif, le héros humble et courageux, porte un secret et un désir de vengeance plus fort que tout. Son mentor, père de famille, essaie de décourager les jeunes gens qui s'adressent à lui en lui demandant de les entraîner. 
Ses camarades sont au nombre de deux, l'un est particulièrement vil et antipathique alors que Leif pourra créer des liens avec son autre camarade bien plus droit et agréable. 
La fille cadette de son entraîneur souhaite elle aussi combattre dans l'arène 13 même si le combats sont exclusivement réservés aux hommes. Il est parfois difficile d'apprécier ce personnage de fille pimbêche et autoritaire, elle sait mener les garçons par le bout du nez et ne cesse de créer des ennuis à notre héros. 
La ville où se déroule l'action principale de ce tome renferme tellement d'abomination et de lourds secrets que l'ambiance en est parfois pesante. Le récit est peuplé d'épisodes sanglants et sordides, la tension monte périodiquement. Entre Hob, l'ogre dévoreur de corps et d'âmes, et la bande de prédateurs à son service, il ne fait pas bon traîner dans les rues de nuit ! Les hommes ne sont finalement pas mieux que Hob. Si ce dernier les force à combattre, les humains reproduisent la même chose avec les lacres, des corps ressemblant aux hommes, qui ne semblent pas avoir de conscience mais qui apparemment peuvent souffrir... Je suis curieuse de voir l'auteur développer la relation de Leif avec son lacre dans les prochains volumes, j'espère avoir quelques agréables surprises. Il est à noter que le récit oscille entre fantastique et science-fiction. Cet univers qui fait penser à la Rome antique donne un roman dystopique particulièrement réussi. Toutefois, je m'attendais peut-être à mieux concernant l'auteur. Si j'ai aimé la trame de fond, les personnages et les dangers auxquels ils sont exposés, j'ai sans doute trouvé le récit un peu trop redondant pour qu'il soit un coup de coeur. Dans ce premier volume, l'auteur fait bien son boulot : une belle présentation des personnages qu'il sait rendre attachants, une complexité des liens entre eux, mêlant passé et présent et rendant par la même l'histoire plus prenante; de l'action; et du sang. Joseph Delaney nous apportent suffisamment d'éléments pour comprendre comment le pays de Midgard est devenu tel qu'il est, il prépare habillement les prochains tomes (il me semble que ce sera une trilogie) en dévoilant à la fin ce à quoi tendent les hommes. La suite s'annonce d'ors et déjà riche en aventures ! 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire