jeudi 18 février 2016

La loi du Dôme, tome 1

La loi du Dôme, tome 1 
Sarah Crossan
Editions Bayard
Dans un monde privé d'air, la vie ne tient plus qu'à un souffle. Alina, Quinn et Bea sont prêts à se battre pour gagner le droit de respirer librement... Les arbres ont été éliminés de la terre et l'oxygène s'est raréfié, provoquant des millions de morts... Les survivants ont été rassemblés sous le Dôme, sorte de bulle protectrice où un nouvel ordre s'est constitué autour d'un Etat totalitaire et d'une société, Respirer Inc. qui contrôle l'air que les habitants respirent. Tout en haut de l'échelle sociale, se trouvent les Premiums. Riches et en bonne santé, ils méprisent les Auxiliaires, trop pauvres pour payer un impôt sur l'oxygène et donc contraints de survivre avec le peu d'air qu'ils respirent... Alina, 16 ans, qui a rejoint la Résistance, a échoué dans sa mission à l'intérieur du Dôme. Elle est en danger et doit fuir, à l'extérieur. Elle rencontre alors Quinn, un jeune Premium et sa meilleure amie Bea, une auxiliaire, partis camper hors du Dôme, et leur demande de l'aide...

Je me suis régalée avec la lecture de La Loi du Dôme. On peut reprocher au récit de n'être qu'une énième dystopie mais qu'importe le plaisir de lecture est là. Le texte est fluide, les pages se tournent toutes seules. J'ai lu des critiques américaines très négatives et j'ai du mal  à les comprendre. L'auteure est très claire dans ses explications, on comprend très bien la problématique de l'oxygène et on visualise à merveille les différents territoires. C'est déjà énorme car finalement dans bien des livres c'est parfois un peu flou. Quant aux personnages, je les ai tous aimés. Béa, Alina (peut-être un peu moins que les autres), Quinn, les parents, Jazz, Maud, tous m'ont plu pour des raisons variées. Le récit alterne les points de vue de Béa, Quinn et Alina. Béa est loin d'être idiote, elle est juste prudente et un peu timorée. C'est le personnage le plus vrai, sincère et généreux du livre. Physiquement à part sa coupe au carré, ses cheveux bruns et ses yeux verts on ne sait pas comment elle est mais dans tous les cas elle est belle à l'intérieur. Alina mériterait parfois des baffes histoire de se remettre les idées en place ! Elle peut se révéler impitoyable. Souvent indifférente, ce personnage fort et solitaire manque cruellement d’empathie du moins en apparence.
Quinn est amusant dans sa légèreté du début. C'est le protagoniste qui changera le plus entre les premières pages et la fin. Ses découvertes vont le révéler à lui-même, c'est une vraie quête initiatique qu'aura été son voyage hors du dôme puis son retour. Même si on les voit peu, les parents de Béa auront su être un tant soit peu marquants que ce soit le slip vert du père, l'instance de la mère ou leur amour immodéré pour leur fille. Maud et Jazz font partie de mes personnages préférés. Maud pour son côté vieille bique rebelle (je pense qu'elle cache encore un joli secret et je suis impatiente de vérifier si j'ai raison dans le prochain tome). Jazz m'a fait penser à la petite fille dans le premier volume d'Hunger Games. Trop mûre pour son âge et en même temps elle conserve une insouciance de l'enfance, c'est une véritable sauterelle à l'humeur changeante. J'allais oublier le père de Quinn que j'aime finalement beaucoup dans sa façon de suivre ce qu'il pense être juste. C'est un personnage entier qu'il a été agréable de détester à certains moments.
Je crois que j'ai fait le tour, je ne sais pas combien de tome comptera la série, je sais juste que le second volume est déjà paru dans la version originale et que j'ai hâte qu'il paraisse chez Bayard.

5 commentaires:

  1. Je n'ai pas du tout accroché au personnage de Quinn... Autrement, ce premier tome m'a beaucoup plu :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraiment ? Trop insouciant ? Lisse ? Sa façon de se comporter avec Béa ? Pas assez attachant à ton goût ?

      Supprimer
    2. Un peu tout ça, sans doute... Mais bon, je suis prête à changer d'avis par la suite ^^

      Supprimer
  2. Je note :)
    De prime abord, la couverture m'a rappelé Stephen King!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça m'a fait le même effet.^^ Avec le mot "Dôme" forcément on pense à ses romans (puis à la série). Mais on est très très loin de l'univers de King et encore plus de "Dôme" (qui est très trash).
      Si tu lis La Loi du Dôme, j'espère que tu passeras un moment de lecture-détente aussi agréable que moi.

      Supprimer