jeudi 31 mars 2016

Le monde secret de Sombreterre, tome 1

Le monde secret de Sombreterre, tome 1 : Le clan perdu
Cassandra O'Donnell
Editions Flammarion Jeunesse
Orphelin, Victor n'est pas un garçon comme les autres. Il parle avec les fantômes et voit des choses que personne d'autre ne perçoit. Quand la jolie et captivante Alina fait irruption dans sa classe avec son horrible monstre invisible sur son épaule, le monde de Victor est bouleversé. Qui est-elle ? D'où lui viennent ses étranges et terribles pouvoirs ? Et surtout, pourquoi a--il l'impression de la connaître et qu'un lien ancien et magique les relie l'un à l'autre ? 
Le monde secret de Sombreterre est un roman jeunesse accessible qui propose aux jeunes lecteurs une histoire de monstres, fantômes et même zombies (d'un style un peu particulier). Les personnages sont simples à cerner, le héros, Victor, est lunaire et gentil, son meilleur ami, Lucas, est un surdoué à la langue acérée, sa petite copine, Lucie, est d'une grande douceur et la nouvelle venue, Alina, est une gamine mature dotée de grands pouvoirs et au caractère bien trempé. Certains traits des protagonistes ne sont pas sans nous rappeler l'éternel Harry Potter : le héros est orphelin, il ignore tout de ses pouvoirs. Lucas se prend le bec sans cesse avec Alina et l'on sent bien qu'une romance fleurira entre eux (la scène du bal est certainement un gros clin d'oeil au couple Ron/Hermione). A travers les différentes péripéties et les explications d'Alina le lecteur découvrira progressivement les créatures qui viennent de Sombreterre et peuplent désormais aussi le monde des humains, les mettant tous en danger. Ce premier tome annonce une future série coup de coeur pour les 9-13 ans, tout aussi addictive que peut l'être Malenfer.
(attention à ne pas vous tromper de cible, nous sommes dans de la littérature pour 9-13 ans, je préfère insister plutôt deux fois qu'une pour éviter de lire ensuite du roman qu'il est trop enfantin)
Mon bémol : pour des enfants d'une dizaine d'année (en 6ème ?), je trouve que la fillette est trop  féminisée sur la couverture (d'ailleurs, elle dit au tout début du roman qu'elle a hâte de mettre quelque chose de plus chaud que sa robe et ensuite au bal, elle est même décrite comme très classe... en jean et chemise !), les personnages sont typés shojô, on dirait des ados de 15 ans alors qu'ils sont à peine des pré-ados (exemple lorsqu'ils parlent d'un garçon de 13 ans c'est en disant "un grand" comme le feraient de jeunes enfants.) Autre petit décryptage de couverture, mon mari me faisait remarquer que le garçon était dans une position de force, à la "superman", qui lui donne une impression de toute puissance alors que la jeune fille est en retrait avec un regard charmeur en coin... Il me demandait donc ce qu'il en était dans le roman. Effectivement, cela ne correspond pas à nouveau aux personnages. Victor est très peu sûr de lui  au contraire d'Alina franche, directe et impulsive. Finalement, les deux personnages, leurs places sur la couv et surtout leurs positions auraient pu être inversées. Mais on remarquera encore une fois une certaine frilosité des éditeurs à faire des filles les héroïnes de leurs couvertures et surtout de les mettre dans une position de force contrairement aux garçons. Stéréotype et sexisme quand tu nous tiens... 
Comme pour Malenfer, on retrouve ensuite quelques illustrations en noir et blanc en cours de lecture. Le style n'est par contre pas le même que dans Malenfer et comme indiqué plus haut les jeunes fans de manga apprécieront le coup de crayon de Jérémie Fleury. 
Sortie le 6 avril

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire