vendredi 8 avril 2016

La prophétie du Paladin, tome 1

La prophétie du Paladin, tome 1 
Mark FROST
Editions PKJ

Will West, 15 ans, a passé sa vie à fuir. Il déménage tous les ans, évite de se faire remarquer, et applique les règles fixées par ses parents : ne jamais se lier à personne, ne jamais croire aux coïncidences, maintenir des notes passables au lycée... Mais il semble que Will ait des aptitudes exceptionnelles qui se révèlent petit à petit : endurance, rapidité, acuité visuelle... Un jour, Will dérape et se classe premier lors d'un examen national, loin devant l'ensemble des élèves du pays. Il est aussitôt repéré par un Institut à la recherche de jeunes talents. C'est là que sa vie bascule : rentré chez lui, il se rend compte que sa mère n'est plus la même, et que son père a disparu. Perdu, n'ayant plus d'endroit où aller, terriblement inquiet pour ses parents et ignorant les dangers auxquels il doit faire face, Will décide d'intégrer l'Institut, où il se lie d'amitié avec quatre jeunes, tous dotés comme lui de pouvoirs. Mais là-bas, la menace rôde partout : un des élèves a été enlevé et un groupe secret de professeurs, Les Paladins, semble être de mèche avec des forces obscures et des créatures... extra-terrestres.

La prophétie du Paladin n'est pas un coup de coeur mais j'ai beaucoup aimé cette lecture. C'est l'originalité qui marque surtout en premier lieu. Il y a un peu de Harry Potter avec le garçon qui a des pouvoirs et va intégrer une école secrète. Mais il n'y a pas le folklore de la série de J.K Rowling, ici le récit est plus tourné vers les technologies.
Entre le modernisme et l'enchaînement des actions, on peut penser aux Effacés.
Will court super vite et sa famille cache aussi ses autres pouvoirs afin de passer inaperçu. Toujours dans le but de ne pas sortir du lot, ils déménagent très souvent. Lui-même découvre l'étendue de ses dons progressivement... au rythme de la nécessité de les utiliser pour survivre. 
L'action est présente dès le début du roman avec une course-poursuite. Ensuite, l'ambiance change lorsque Will arrive dans une école spéciale. Le récit prend alors des airs de Mentine ou Night School. L’atmosphère y est chaleureuse, les chambres, les pièces communes, le lecteur les imagine facilement et aimerait y être. Les élèves sont soudés entre eux, enfin le petit groupe de Will, ils se méfient de tous les adultes même des professeurs. Mais dans l'école aussi il y a de l'action, les élèves n'ont pas le temps de souffler. Ils doivent tous utiliser leurs "compétences spéciales". 
Le lecteur prend plaisir à suivre Will, à le voir se lier d'amitié, à s'ouvrir et à se dévoiler. Notre jeune héros découvrira moults secrets et une autre facette du monde dans lequel il vivait jusqu'alors. 
Récapitulons, nous avons de l'action, de l'aventure et de la romance. Il y a aussi de la science-fiction mais mon sentiment de lecteur sur ces parties-là est mitigé. Il m'a été difficile d'y croire vraiment, peut-être parce que le roman mélange un peu trop les genres (robots, monstres, etc). Ces éléments fictifs modernes dénaturent un peu le reste du décor. L'origine des créatures est innovante, leur existence et présence est bien amenée. 

Petit point noir : on est dans un livre jeunesse et pourtant on a le droit aux stéréotypes sexistes à savoir la précision que toutes les filles de l'école sont des bombes... Est-ce qu'on dit ça des garçons ? Non. C'est usant à force ce sexisme ordinaire même dans la littérature jeunesse. Heureusement, à part cette description là, il n'y a plus d'autre mention sexiste dans le texte.

A découvrir à partir de 11 ans. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire