mardi 20 septembre 2016

Cell. 7



Dans un monde où la peine de mort a été rétablie et où les circonstances atténuantes n'existent pas, la révolte est en marche. Imaginez, il n'y a plus de justice, plus besoin de preuves, plus de juges impartiaux, désormais ce sont les téléspectateurs qui votent et décident du sort de chaque accusé en seulement une semaine. Et s'il est coupable, une seule sanction : la mort. Ce système est bien entendu totalement corrompu par l'argent puisque les votes sont payants. Les riches peuvent donc tirer les ficelles en votant autant de fois qu'ils le souhaitent. C'est dans ce contexte que l'on découvre l'héroïne, une adolescente, qui choisit de se faire accuser pour un meurtre qu'elle n'a pas commis afin de dévoiler au grand jour l’aberration de la société dans laquelle elle vit.
Il ne se passe finalement pas grand chose dans ce roman mais le lecteur sent progressivement la tension qui monte. Chaque jour l'héroïne passe d'une cellule à une autre. Ces pièces sous des dehors dépouillés sont en réalité des chambres de tortures psychologiques. Et comme on peut s'en douter, tout est filmé par l'émission pour que les téléspectateurs profitent bien de cette télé-réalité de l'horreur. A côté de cet aspect du récit, nous avons beaucoup de flash-back.  L'histoire est réellement prenante parce qu'on "voit" tout le temps notre héroïne dans sa cellule et qu'elle se remémore ses souvenirs. Alors qu'on a au départ le portrait d'une fille forte et déterminée, on sent la peur qui petit à petit s'insinue en elle et qui fait apparaître une fragilité dans le personnage ainsi qu'un puissant instinct de survie. Le livre porte également une part de romance, un amour triste à la Roméo et Juliette qui unie les deux personnages principaux.
Un des autres points très forts du récit, c'est la solidarité entre les pauvres qui ne sont pas dupes du monde dans lequel ils vivent !
Ce roman dénonce une partie de notre société et surtout met l'accent avec pertinence sur la manipulation des médias.


A découvrir !  Sortie le 28 septembre.

s

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire