lundi 26 septembre 2016

J'étais là

J'étais là 
Gayle Forman

Editions Le livre de poche jeunesse
Quand j'ai appris la mort de Meg, j'ai cru qu'elle me faisait une blague. Une de celles dont elle avait le secret. Elle avait tout prévu : la méthode, le lieu, ce qu'il faudrait faire de ses biens. Et même ce fichu mail, envoyé en différé, annonçant qu'elle en finissait avec la vie. Ensuite, il a fallu affronter la pitié des habitants de Plouc-la-ville. Faire face aux questions que je lisais sur tous les visages. Oui, Meg était ma meilleure amie. Non, je n'étais pas au courant. Pourquoi ne m'avait-elle rien dit ? Elle avait eu besoin de moi, et je n'avais pas été à la hauteur. Pourtant, j'étais là.

Si je connaissais l'auteure de nom, je n'avais jamais lu un de ses romans, pensant qu'ils n'étaient pas pour moi. Et puis pour J'étais là, je me suis dit "et pourquoi pas finalement ?" Grand bien m'a pris puisque je n'ai pas lâché mon bouquin une fois commencé. J'ai eu des frissons en le finissant. Tout ce qui concerne l'amitié et les relations familiales sont particulièrement justes. J'ai été surprise de constater que le roman se lisait presque comme un thriller. L'héroïne, Cody, remonte la piste laissée malgré elle par son amie décédée. Au fil des rencontres, des mails épluchés, des corbeilles (d'ordi) déterrées, elle retrace et met le doigt sur les raisons du suicide de celle avec qui elle a grandi. Les surprises ne vont pas manquer et les rencontres décisives pour la jeune fille non plus. C'est le genre de roman que l'on finit mélancolique, en se posant des questions et peut-être en appréciant encore un peu plus la vie. L'auteure revient avec finesse sur les différentes étapes du deuil des proches des personnes qui se suicident, culpabilité, colère, tristesse, des états qui ne cessent de s'entrechoquer. L'enquête et l’intrigue sont bien ficelées et les personnages agréablement dépeints. Le roman fait partie de la littérature jeunesse et pourtant il n'est pas léger, il aborde sans tabou la maladie et la sexualité. À réserver à un public déjà un peu grand, à partir de 13/14 ans.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire