mardi 27 septembre 2016

La promesse de Mirto

La promesse de Mirto
ou comment un premier humain refusa de tuer l'animal
Jennifer Dalrymple
Editions Oskar
Mirto part à la chasse pour la première fois. On lui a expliqué qu’il fallait tuer pour pouvoir vivre. Mais lorsqu’il blesse une marmotte, son coeur se brise. Non, il ne peut pas tuer pour vivre. Aussi, il décide qu’il ne chasserait plus jamais, même si son clan ne partage pas sa décision. Mirto est le premier humain qui refusa de tuer pour se nourrir. Par cet acte, il prouvera à tous que l’on peut vivre sans tuer des animaux.


La promesse de Mirto est un ouvrage unique. Si l'action se déroule durant la période préhistoire, il traite avec pertinence du veganisme. Il n'est peut-être pas simple encore aujourd'hui dans une famille d'omnivores d'avoir un enfant qui refuse de consommer les produits animaux, il est à espérer que les livres comme La promesse de Mirto voient de plus en plus le jour, permettent d'engager le dialogue et mènent vers un respect du choix individuel. 
Tout en étant très accessible, le roman suit le cheminement de l'état d'esprit du jeune garçon qui prend conscience de l'animal comme d'un être sensible. 
Attention malgré son statut de plaidoyer pour la cause animale, La promesse de Mirto reste un véritable récit d'aventure et ne s'entend pas seulement comme un ouvrage didactique. Le lecteur découvre deux garçons qui  vont passer à l'âge adulte et qui vivent une rivalité fraternelle et amicale, ainsi que la parfois difficile relation d'un fils avec son père. 
Prenant et intelligent, je n'ai pas été déçue par cet ouvrage dont j'attendais beaucoup. On peut également apprécier le souci du détail puisqu'il est précisé que la laine et les poils de bêtes qui serviront finalement à Mirto seront ceux perdus naturellement par les animaux (les vegans refusant l'utilisation de la laine puisqu'elle est elle aussi synonyme de souffrance). 
Le style graphique est percutant, fait dans des tons d’ocre, et ce travail d'artiste n'est pas sans rappeler celui des tout premiers artistes bien entendu. 
En résumé, un coup de coeur ! 

1 commentaire:

  1. Merci beaucoup pour cette chronique, j'en suis très touchée. Je vais souvent dans les écoles, parler aux enfants, cet ouvrage va permettre de parler de notre lien à l'animal, et soulever toutes ces questions qui -enfin- préoccupent de plus en plus d'humains sur toute la planête.

    RépondreSupprimer