mercredi 28 septembre 2016

Soléane, tome 1






Soléane, tome 1
Muriel Zürcher
Editions Didier Jeunesse


Dans un monde où les mammifères n'ont plus de lait sauf quelques rares humaines, né Soléane dont la mère justement est à même de la nourrir. Les voici donc obligés de fuir sans quoi la mère serait forcée de devenir la nourrice du bébé d'une riche famille et Soléane forcément abandonnée et malnutrie. Leur fuite s'organise avec pour objectif l'installation sur une île artificielle où auraient trouvé refuge les dernières femmes allaitantes. On retrouve Soléane seize ans plus tard. Son père est mort et elle vit avec sa mère. L'île n'est finalement pas un paradis. La dictature y règne, de plus l'archipel est en train de se désagréger et de couler. À nouveau, l’étau se referme sur cette famille, des enjeux politiques et des conflits entourent le lait, Soléane doit prendre la fuite à son tour...

Durant son périple, l'héroïne va vivre moult aventures. De la petite fille candide, et même crédule vis-à-vis du gouvernement, elle va devenir une femme forte et courageuse.
Malheureusement, je trouvé que ce premier tome souffre de nombreux défauts. Les éléments inventés ne sonnent pas justes; l'histoire du lait n'est pas assez poussée et finalement tout n'est qu'une question de pouvoir. Peut-être que des messages portés par le récit ne sont pas bien passés.
Même l'image de la musique comme figure du plaisir (dans la majeur partie du récit, elle est là comme régulation du travail) qui pourrait être symbolique, voire poétique, n'est pas assez développée à mon goût. Je n'ai pas été captivé par le roman, j'ai mis beaucoup de temps à le lire. Heureusement, la fin m'a permis de ne pas regretter le temps passé à m'accrocher puisque les retournements de situation sont marquants et que j'ai aimé ce qui a été dévoilé. 
A vous de vous faire votre propre opinion sur le roman en le lisant ! r


Enjoy Books, pour sa part, n’est pas passé loin du coup de cœur ! (lire son avis, ICI)À voir ce que le second tome nous réserve !
 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire