samedi 8 octobre 2016

Le Musée des Monstres, tome 1

LE MUSÉE DES MONSTRES, t. 1 :
LA TÊTE RÉDUITE   
Lauren Oliver
Éditions Hachette

« Mesdames et messieurs, petits et grands, bienvenue au Musée des Horreurs de Dumfrey, venez découvrir ses curiosités en tout genre et autres bizarreries merveilleuses ! »

Suite à la mort d’une spectatrice lors d’une de leurs représentations, la ville accuse la tête réduite qui fait la fierté de Dumfrey d’être à l’origine d’une malédiction. Lorsque celle-ci disparaît, le musée se retrouve menacé de fermer.

Je me suis régalée ! Les lieux sont merveilleusement décrit, l'ambiance, mystérieuse et d'une autre époque, est palpable, les personnages sont particulièrement attachants, et l'intrigue rondement mené.
Le lecteur prend un intense plaisir à découvrir chacun des protagonistes. Les différents membres de la troupe, plus ou moins importants, mais qui apportent tous un plus au récit à un moment ou un autre. 
Un homme éléphant, un nain, un géant, une femme à barbe, une autre énorme, un vieux grincheux (qui ressemble beaucoup à Rusard d'HP !), forment entre autres l'équipe de l'étrange musée du directeur Dumfrey.
 Dans la troupe il y a aussi bien entendu les 4 héros. 4 gamins un peu paumés lorsque s'ouvre l'histoire. Perturbés par leurs dons, mal à l'aise en société, plutôt refermés sur eux-mêmes; l'aventure qu'ils vont vivre va contribuer  à les souder les uns les autres. Il faut dire qu'ils sont complémentaires ces 4 là : Max, habile lanceuse de couteau et accessoirement pickpocket, Pippa mentaliste qui s'améliore en prime encore au fil des pages, Sam à la force surhumaine, et Thomas non seulement surdoué mais également d’une souplesse hors norme.
Une malédiction semble planer autour d’eux et les décès s’accumulent. Grâce à leurs capacités extraordinaires, ils vont mener l’enquête. Trouver des indices et tout faire pour parvenir à sauvegarder leur lieu de vie et leur directeur bien aimé intacts.
Cette aventure rythmée n’est pas dénuée d’humour. On note même un rapprochement entre certains personnages. Ces minuscules brins de romance sont à peine suggérés et on appréciera justement cette finesse. Chaque cœur solitaire semble chercher auprès d’un autre un peu de réconfort et de tendresse. Outre la superbe couverture, Benjamin Lacombe a également réalisé quelques illustrations que l'on retrouve au fil des pages. On ne peut qu'admirer la qualité de l'édition, illustrations intérieures, vernis sélectif, c'est un très bel ouvrage ! 

Le musée des monstres est un excellent roman jeunesse, je sors donc ravie de cette lecture et j’espère que l’on pourra retrouver nos héros atypiques dans d’autres aventures très rapidement !
A lire à partir de 11 ans.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire